Accueil » Actualité » Defender Europe : L’armée US aux portes de la Russie

Defender Europe : L’armée US aux portes de la Russie

Se référant à des publications sur Telegram, certains médias ont rapporté que des négociations étaient en cours en Biélorussie en vue de créer un centre de formation pour les pays de l’OTAN dans le cadre d’un programme intitulé « Partenariat pour la paix » (PPP). Cela permettra au contingent militaire des pays de l’Alliance de l’Atlantique Nord d’être présent sur le territoire du pays, ajoute le site d’information Avia.pro.

Aucun argument convaincant à ce sujet n’a été présenté par les sources ; cependant, des médias relatent les déclarations faites récemment par certains responsables biélorusses selon lesquelles ce pays envisage de mener des exercices militaires conjoints avec l’OTAN, ce qui confirme indirectement les informations publiées.

Pour sa part, le ministère de la Défense de la Biélorussie n’a pas hésité à réagir à ces informations qu’il a qualifiées de « complètement fausses ».

« Les informations diffusées sur les négociations en cours au sujet de la création d’un centre de formation de l’OTAN en Biélorussie sont fausses », a annoncé le ministère cité par l’agence de presse russe Sputnik.

On ne sait toujours pas qui se cache derrière la diffusion de ces informations et quelle en est la raison, précise Avia.pro.

Il est utile de rappeler qu’il y a trois jours de cela, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo avait effectué une visite à Minsk, capitale de la Biélorussie, dans le cadre d’une tournée dans les anciennes républiques soviétiques. Et le 1er diplomate US aurait abusé du récent désaccord survenu entre la Russie et la Biélorussie en matière d’énergie pour faire son jeu de séduction.

Par ailleurs, le site web de la chaîne Euronews a écrit ce mardi 4 février que le président US Donald Trump va envoyer « 20 000 soldats qui devront participer aux côtés des forces européennes aux entraînements militaires à la frontière russe ».

« Il s’agira du plan grand renfort en effectifs militaires des États-Unis en Europe depuis plus de 25 ans », ajoute la source.

Les 20 000 soldats américains devront participer à un exercice militaire appelé Defender Europe (défendre l’Europe) avec leur matériel militaire lourd.

Toujours selon Euronews, ces exercices militaires ont lieu à un moment où l’OTAN fait face à des critiques des deux côtés de l’Atlantique sur son rôle et son efficacité.

En novembre dernier, le président français Emmanuel Macron a affirmé que l’Alliance était en état de mort cérébrale, tandis que le président américain Donald Trump reproche aux Européens de n’avoir pas suffisamment contribué au budget de l’OTAN.

Dans une démonstration de force révisée, les États-Unis ont pourtant accepté de déployer 20 000 militaires pour rejoindre les contingents d’autres pays membres de l’OTAN, dont la France, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et le Royaume-Uni, note Euronews.

S’exprimant sur le déploiement des effectifs militaires, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a prétendu que « les exercices à grande échelle rappelaient la force de l’Alliance ».

« “Défendre l’Europe” représente le plus grand déploiement de troupes américaines en Europe depuis plus de 25 ans et montre l’engagement fort des États-Unis envers l’OTAN et envers la liberté et la sécurité de l’Europe », a-t-il aussi prétendu.

Stoltenberg a ajouté que cet exercice militaire n’était pas conçu contre aucun autre pays. « Cet exercice défensif démontre la capacité de déplacer rapidement un grand nombre d’effectifs militaires américains vers l’Europe pour aider à protéger, si nécessaire, d’autres alliés de l’OTAN », selon son secrétaire général.

Alors qu’une grande partie des exercices militaires devront avoir lieu le long de la frontière russe, Stoltenberg a déclaré que ces renforts militaires ne visaient pas la Russie.

Jens Stoltenberg a ajouté que « l’OTAN est une alliance défensive et c’est un exercice défensif – comme son nom l’indique ».

« Nous ne cherchons pas la confrontation avec la Russie, mais la réalité est que les récentes activités de Moscou ont réduit la stabilité et la sécurité et augmenté l’imprévisibilité dans la région », a-t-il aussi prétendu, cité par Euronews.

Défiant les sanctions américaines, la Russie, pour sa part, ne cesse de renouveler ses armements. Le premier vice-ministre russe de la Défense a annoncé lundi que malgré les sanctions imposées par les États-Unis et certains de leurs alliés, l’armée russe se doterait d’ici peu d’équipements militaires les plus sophistiqués, dont des batteries de défense balistique les plus avancées et de nouveaux bombardiers stratégiques.

Le vice-ministre russe de la Défense, le général Alexandre Fomin a reçu ce lundi, dans les locaux du ministère, l’ambassadeur iranien à Moscou, Kazem Jalali. Les deux hommes se sont entretenus des évolutions régionales et des coopérations défensives et militaires bilatérales. Fomin et Jalali ont insisté sur la poursuite des concertations Téhéran-Moscou dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et de la pacification et de la stabilisation de la région. Les concertations russo-iraniennes ne sont certainement pas anodines dans les conjonctures névralgiques actuelles, où les États-Unis semblent ne plus se contenter d’agissements par procuration contre l’Iran, en incluant aussi désormais la Russie dans leurs plans. Le commandant de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), le général Soleimani est tombé en martyr le 3 janvier à Bagdad dans un lâche assassinat mené par les forces américaines et sur le territoire syrien, les États-Unis se livrent de plus en plus à des actes de provocation contre la Russie.




Laisser un commentaire

x

Check Also

Avec la moitié de la Chine à l’arrêt, les ventes de véhicules s’effondrent de -92%

Les ventes de voitures en ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian