Accueil » Actualité » Les forces US se redéploient en Irak

Les forces US se redéploient en Irak

-- Temps de lecture: 2 minutes --

Les forces de l’armée turque et les terroristes de l’Armée syrienne libre (ASL) poursuivent leur offensive dans le nord de la Syrie.

A la suite de l’opération turque, une partie des forces militaires américaines ont quitté ce jeudi 10 octobre le nord de la Syrie pour se rendre en Irak.

« Une cinquantaine de militaires américains ont quitté la province de Hassaké dans le nord de la Syrie. Ils ont pénétré en Irak accompagnés de véhicules blindés via le point de passage de Simalka », a rapporté le correspondant de SANA dans cette province.

La Turquie a lancé mercredi dernier une opération dans le nord-est de la Syrie, une zone contrôlée par les milices kurdes appelées « forces démocratiques syriennes (FDS) ».

La Maison Blanche a pour sa part annoncé dans un communiqué cette semaine que les troupes américaines s’étaient retirées du nord de la Syrie, affirmant qu’elles ne pourraient pas défendre les miliciens kurdes contre l’invasion turque. Et ce, alors qu’avant l’opération, les États-Unis soutenaient ces milices kurdes.

Les responsables syriens avaient conseillé à plusieurs reprises aux Kurdes affiliés aux États-Unis de négocier avec le gouvernement syrien et de ne pas entrer dans un jeu qui n’a d’autre issue que leur défaite. Ces milices ont toutefois insisté sur leurs velléités d’autonomie et, dans certains cas, elles n’ont pas hésité à menacer Damas d’une agression militaire.

A la suite de l’opération turque, une partie des forces militaires américaines ont quitté ce jeudi 10 octobre le nord de la Syrie pour se rendre en Irak.

« Une cinquantaine de militaires américains ont quitté la province de Hassaké dans le nord de la Syrie. Ils ont pénétré en Irak accompagnés de véhicules blindés via le point de passage de Simalka », a rapporté le correspondant de SANA dans cette province.

La Turquie a lancé mercredi dernier une opération dans le nord-est de la Syrie, une zone contrôlée par les milices kurdes appelées « forces démocratiques syriennes (FDS) ».

La Maison Blanche a pour sa part annoncé dans un communiqué cette semaine que les troupes américaines s’étaient retirées du nord de la Syrie, affirmant qu’elles ne pourraient pas défendre les miliciens kurdes contre l’invasion turque. Et ce, alors qu’avant l’opération, les États-Unis soutenaient ces milices kurdes.

Les responsables syriens avaient conseillé à plusieurs reprises aux Kurdes affiliés aux États-Unis de négocier avec le gouvernement syrien et de ne pas entrer dans un jeu qui n’a d’autre issue que leur défaite. Ces milices ont toutefois insisté sur leurs velléités d’autonomie et, dans certains cas, elles n’ont pas hésité à menacer Damas d’une agression militaire.

 

newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

0



Laisser un commentaire

x

Check Also

bouclier US: Poutine annonce la fin!

-- Temps de lecture: 2 minutes -- La Russie se focalise sur le ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian