Accueil » Actualité » Nouveaux missiles russes post-FNI…

Nouveaux missiles russes post-FNI…

-- Temps de lecture: 2 minutes --

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré ce jeudi 5 septembre que la Russie fabriquerait des missiles interdits par le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) qui, après avoir marqué l’ère de la Guerre froide, a pris fin le mois dernier. Poutine a toutefois ajouté que Moscou ne les déploierait à moins que les États-Unis ne le fassent d’abord.

S’exprimant lors du Forum économique oriental dans la ville de Vladivostok en Russie, M. Poutine a déclaré que Moscou avait exhorté les États-Unis à désamorcer la course aux armements entre les deux ennemis de la Guerre froide, mais que Washington avait fait la sourde oreille, selon Reuters.

« Bien sûr, nous produirons de tels missiles », a déclaré Poutine, réitérant la promesse de Moscou de ne déployer aucun nouveau missile à moins que les États-Unis ne le fassent en premier.

Poutine avait auparavant mis en garde contre le fait que les efforts de Washington pour démanteler le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire risquaient d’entraîner une course aux armements sans limites.

Le dirigeant russe a déclaré qu’il était préoccupé par les rumeurs américaines concernant le déploiement de missiles au Japon et en Corée du Sud, un déploiement qui, a-t-il dit, couvrirait une partie du territoire russe.

« Nous ne sommes pas heureux du fait que le chef du Pentagone ait déclaré que les États-Unis avaient l’intention de les déployer au Japon et en Corée du Sud, cela nous attriste et suscite certaines inquiétudes », a-t-il affirmé.

Poutine a dit craindre que la course aux armements ne se propage jusqu’à dans l’espace et que Washington développe une nouvelle arme spatiale.

Le président russe a déclaré avoir récemment proposé au président américain Donald Trump d’acheter l’une des armes nucléaires hypersoniques développées par Moscou. Il a dit que Trump avait rejeté l’offre et avait répondu que Washington fabriquait les siennes. Aux États-Unis, le dispositif de missiles hypersoniques Kinzhal, qui peut porter une ogive nucléaire, est considéré comme la plus dangereuse des armes russes.
Ripostant aux actes provocateurs US, la Russie a testé le mardi 3 septembre un missile balistique Iskander avec une portée de 500 km.

Les tensions sur le contrôle des armes nucléaires ont augmenté après que Washington s’est officiellement retiré du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) le mois dernier, accusant la Russie de le violer, une accusation que Moscou a à plusieurs reprise rejetée.

Le mois dernier, les États-Unis ont testé un missile de croisière à configuration conventionnelle qui a touché une cible à plus de 500 km, test qui aurait été interdit si le FNI était encore en vigueur.

Le FNI interdisait les missiles terrestres d’une portée de 500 à 5 500 km, ce qui réduisait la capacité des deux pays à lancer une attaque nucléaire dans un bref délai.

 

newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

0



Laisser un commentaire

x

Check Also

bouclier US: Poutine annonce la fin!

-- Temps de lecture: 2 minutes -- La Russie se focalise sur le ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian