Accueil » Actualité » Climat : Le groupe Coca-Cola va capturer le CO2 de l’air pour gazéifier son eau pétillante
coca-cola

Climat : Le groupe Coca-Cola va capturer le CO2 de l’air pour gazéifier son eau pétillante

-- Temps de lecture: 2 minutes --

Coca-Cola va capturer le CO2 de l’air pour gazéifier son eau pétillante

C’est une technique pour le moins originale. Le groupe Coca-Cola, associé à la startup Climeworks, va capter le CO2 présent dans l’air pour former les bulles de son eau pétillante suisse Valser. Un moyen de lutter contre le réchauffement climatique, assure la startup dont le but est de capter 1 % du CO2 mondial d’ici 2025.

Utiliser le CO2 de l’atmosphère pour gazéifier son eau, c’est l’objectif de Valser, la marque d’eau gazeuse suisse du groupe Coca-Cola. C’est la “première boisson au monde contenant du CO2 capté dans l’air”, selon Coca-Cola HBC, l’un des plus gros embouteilleurs du groupe éponyme. Une démarche réalisée grâce à la startup Climeworks avec qui Coca-Cola HBC a signé un accord.

Une technologie innovante

Cette startup utilise une technologie capable de filtrer le CO2 dans l’air, de le capter et de pouvoir le réutiliser : la Direct Air Capture ou DAC. Concrètement, les machines sont dotées de filtres et d’énormes ventilateurs qui captent le CO2 lors du passage de l’air et chauffent à 100 °C le filtre lorsqu’il est saturé pour en récolter le gaz. “Le filtre peut être réutilisé pendant plusieurs milliers de cycles”, assure Climeworks.

“Nous sommes fiers d’être la première société de boissons au monde à avoir piloté le développement de cette technologie révolutionnaire”, a déclaré Nigel Davis, directeur général de Coca-Cola HBC Suisse, “Le développement durable fait partie de nos priorités stratégiques. Nous cherchons en permanence des moyens de réduire davantage notre empreinte environnementale dans tout ce que nous faisons.”

 

Objectif : capter 1 % du CO2 mondial en 2025

 

coca-cola

 

Coca-Cola HBC assure que l’industrie des boissons est l’une des plus grandes utilisatrices mondiales de CO2 avec 10 millions de tonnes utilisées par an. Le but de Climeworks est de capter 1 % du CO2 mondial d’ici 2025, que ce soit à travers la gazéification des boissons mais aussi la fertilisation des plantes ou la fabrication d’agrocarburants, autres débouchés du CO2 ainsi capturé.

Coca-Cola – “En fin de compte, ce que nous essayons de faire, c’est d’arrêter le changement climatique, voire de l’inverser, d’être capable d’évoluer à une taille qui pourrait avoir un réel impact”, a déclaré à Business Insider, Louise Charles, responsable de la communication de la startup.

Pour l’instant, l’entreprise ne capture que 2 000 tonnes de dioxyde de carbone par an. Il faut dire que le prix est assez élevé, 600 dollars par tonne de dioxyde de carbone capturé. Climeworks prévoit de diviser par trois ce prix d’ici quatre ans, lorsque cette technologie sera un peu plus démocratisée.

 

newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

0



Laisser un commentaire

x

Check Also

bouclier US: Poutine annonce la fin!

-- Temps de lecture: 2 minutes -- 0.0 00 La Russie se focalise ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian