Accueil » Actualité » Armée européenne: Macron y renonce!

Armée européenne: Macron y renonce!

-- Temps de lecture: 4 minutes --

1- La Bastille macronienne va-t-elle s’effondrer ? 

La prise de la Bastille à Paris, le 14 juillet 1789, est la première intervention du peuple parisien dans le déroulement de la Révolution française. L’intervention populaire met provisoirement fin aux tentatives du roi Louis XVI de reprendre le pouvoir absolu qu’il a perdu en juin 1789. Qu’en est-il du roi Jupiter ? Le régime macronien a fait une terrible démonstration de force en ce 14 juillet 2019…

Source : PressTV

2- Macron renonce à l’armée européenne

À l’instar d’un nombre croissant de pays, la France a décidé de se doter d’un commandement militaire de l’espace, c’est-à-dire l’orbite basse ou la haute atmosphère.

Cette décision s’inscrit dans le sillage du réarmement total de l’empire et la militarisation de l’espace, en violation flagrante de l’ensemble des instruments juridiques multilatéraux portant sur l’usage pacifique de l’espace et la non-prolifération nucléaire dans l’espace.

La guerre en orbite basse ou dans les hautes couches de l’atmosphère n’en est qu’à ses débuts et ressemble aux premiers balbutiements de l’aviation militaire dans les années 1910-1920.

En dépit de son illégalité totale au regard du Droit international, la guerre en orbite s’est imposée à la plupart des pays occidentaux après la perte de leur avantage en matière de guerre conventionnelle.

Un projet trop ambitieux pour des pays membres du bloc qui, à l’instar de l’Allemagne n’ont plus de défense digne de ce nom, ou comme la Grande-Bretagne et la France qui ont pataugé pour venir à bout des très maigres défenses aériennes rudimentaires du régime de Gaddafi en Libye avant de se rendre compte qu’ils ne pouvaient pas supprimer une défense aérienne minimale et obsolète sans appui US, mais qu’ils avaient épuisé leurs stocks de bombes dès la deuxième semaine du conflit entamé le 19 mars 2011.

Les choses ne se sont pas améliorées depuis et la guerre au Sahel a démontré que la décrépitude a touché l’ensemble des armées européennes.

L’enjeu est donc dans les technologies C4ISR et comment aveugler un éventuel adversaire par des moyens électroniques et orbitaux.

Source : Strategika 51

3- Turquie : « Au revoir, Occident » ?

La Turquie n’a pas cédé à la pression de l’OTAN et des États-Unis et a acheté à la Russie des systèmes de défense antiaérienne S-400, dont les premiers composants sont déjà arrivés dans le pays. Des politologues allemands dissertent dans les médias sur les raisons et les conséquences de cette démarche d’Ankara.

L’acquisition par la Turquie de systèmes de défense antiaérienne russes S-400 – que le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan a déjà qualifié d’« accord le plus important de l’Histoire contemporaine » de son pays – ne manquerait pas d’aggraver les relations déjà très tendues entre Washington et Ankara, a estimé dans son article pour Focus Online le professeur de politologie allemand Thomas Jäger qui n’exclut pas que ce conflit puisse déboucher sur la sortie de la Turquie de l’OTAN.

Si « la Turquie décide de se retirer de l’OTAN, ce sera une immense perte géostratégique pour l’Alliance », écrit M.Jäger.

La première cargaison de missiles antiaériens russes S-400 acquis par la Turquie a été acheminée vendredi 12 juillet vers la base aérienne de Murted, à Ankara. Dimanche, le cinquième avion avec des composants de ce système y a atterri et deux autres sont attendus, selon le ministère turc de la Défense nationale.

Membre de l’OTAN, la Turquie a répété à plusieurs reprises que les systèmes de défense antiaérienne russes ne présentaient aucune menace pour l’Alliance. Mais l’OTAN et les États-Unis ont vivement critiqué la coopération turque avec la Russie, affirmant que les S-400 étaient incompatibles avec les systèmes de défense aérienne de l’OTAN. Washington insistait pour qu’Ankara achète les systèmes américains Patriot à la place des S-400, menaçant de geler l’accord sur les F-35.

Source : Sputnik

4- L’armée européenne a été mal traduite !

On se rappelle comment Emmanuel Macron s’est accroché à l’idée d’une « armée européenne » en en faisant même son cheval de bataille favori. Ce fut avant qu’il réussisse à imposer ses réformes à l’armée, quitte à en faire une « armée supplétive au service des intérêts US ». Macron a abandonné le terme « Armée européenne », bien intrigante aux yeux des Américains. Opex30 y revient :

« Quand il s’agit d’évoquer les questions de défense entre Européens, encore faut-il utiliser les bonnes expressions pour se comprendre. Car, que l’on soit à Paris, à Berlin ou à Varsovie, les concepts et les mots n’ont pas forcément la même signification.

C’est en effet ce qui a été souligné lors de l’examen par la commission sénatoriale des Affaires étrangères, la semaine passée, du rapport intitulé: Défense européenne : le défi de l’autonomie stratégique.

“Nous utilisons souvent des termes intraduisibles ou difficilement traduisibles, par exemple ‘Europe de la défense’, cependant que d’autres n’ont pas le même sens d’un pays à l’autre”, a en effet expliqué le sénateur Ronan Le Gleut, co-auteur du rapport avec Mme Hélène Conway-Mouret. “Beaucoup d’incompréhensions avec nos partenaires européens proviennent d’ailleurs de divergences linguistiques et sémantiques : nous employons des expressions ambiguës, ou supportant mal la traduction, auxquelles chacun attribue une portée différente. Ainsi, la France a longtemps parlé d’Europe de la défense, expression intraduisible, auquel il convient de préférer celle de ‘défense européenne’, plus proche aussi de ce que souhaite la majorité des pays européens”, lit-on, en effet, dans ce rapport. […]” À quel chef obéirait une telle armée européenne ? Selon quelles règles d’engagement ? Les Européens sont-ils prêts à payer collectivement le prix du sang, dans le cadre d’une telle armée ? Ne risquerait-on pas de créer une entité plus bureaucratique qu’opérationnelle, en raison des divisions de l’UE ? “, demandent M. Le Gleut et Mme Conway-Mouret.

Strategika 51

newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

0



Laisser un commentaire

x

Check Also

bouclier US: Poutine annonce la fin!

-- Temps de lecture: 2 minutes -- La Russie se focalise sur le ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian