Accueil » Actualité » La Belgique poussée à l’espionnage

La Belgique poussée à l’espionnage

– Ukraine :
Capable d’attaquer des cibles à longue distance, le nouveau missile de croisière de conception ukrainienne renforce les capacités de défense et de sécurité du pays contre les menaces potentielles.

– Chine :
Lors d’une réunion de la CMC (la Commission militaire centrale) qui s’est tenue de vendredi à dimanche à Pékin, le président Xi Jinping a appelé à des efforts pour renforcer globalement le leadership du Parti communiste chinois (PCC) et la construction du Parti dans les forces armées du pays, afin d’assurer une garantie politique solide pour l’édification d’une armée forte.

– Iran :
Faute d’avoir obtenu une dérogation de la part de Washington, le géant pétrolier français Total s’est vu obligé de renoncer à ses projets d’investissements en Iran, se chiffrant à plusieurs milliards de dollars. Signé en 2017, le contrat sur le développement de la phase 11 de Pars-Sud attribuait à Total une part de 50,1 % dans le plus grand gisement gazier au monde.

– Belgique :
La Belgique va consacrer au total près de 150 millions d’euros à sa participation au programme français de satellites espions de nouvelle génération. Les deux satellites Helios II A et B, lancés respectivement fin 2004 et fin 2009, arriveront en fin de vie vers 2020. Paris a dès lors lancé un programme de remplacement baptisé CSO (Composante spatiale optique).

 

x

Check Also

Vostok-2018: la Russie montre ses muscles

Dans le cadre des plus ...

L’armée détruit un dépôt de munitions et des lance-roquettes des terroristes dans la banlieue de Hama

Gouvernorats/ Des unités de l’armée ...