Accueil » Actualité » Trump impose des taxes à l’importation sur l’acier et l’aluminium, ignorant les mises en gardes répétées de nombre de ses alliés
epa06589623 US President Donald J. Trump speaks during a meeting with members of his Cabinet, in the Cabinet Room of the White House in Washington, DC, USA, 08 March 2018. EPA/MICHAEL REYNOLDS / POOL

Trump impose des taxes à l’importation sur l’acier et l’aluminium, ignorant les mises en gardes répétées de nombre de ses alliés

Donald Trump a imposé jeudi des taxes sur les importations d’acier et d’aluminium aux Etats-Unis, ignorant les mises en gardes répétées de nombre de ses alliés, Union européenne en tête, sur les risques d’une guerre commerciale aux conséquences imprévisibles.

Après plusieurs jours d’intenses spéculations, le président américain a signé, depuis la Maison Blanche, les documents controversés qui marquent un net virage protectionniste, 13 mois après son arrivée au pouvoir.

Ces taxes, de 25% sur les importations d’acier et de 10% sur celles d’aluminium, entreront en vigueur dans 15 jours.

“L’industrie américaine de l’acier et de l’aluminium a été dévastée par des pratiques commerciales étrangères agressives”, a déploré M. Trump depuis la Maison Blanche. “C’est une véritable agression contre notre pays.”

Il a toutefois indiqué qu’il avait “le sentiment” qu’il y aura un accord sur l’Aléna avec le Canada et le Mexique.

Le président américain avait exigé à son arrivée à la Maison Blanche la renégociation du traité de libre-échange nord-américain (Aléna), menaçant de s’en retirer. Il a fait cette déclaration en promulguant des taxes sur les importations d’acier et d’aluminium pour lesquelles il a exempté “pour le moment” ses deux partenaires de l’Aléna.

Cette décision intervient le jour même où onze pays des deux rives du Pacifique ont ressuscité, au Chili, l’accord de libre-échange transpacifique (TPP), donné pour mort il y a un an après le retrait des Etats-Unis.

Le Canada, premier partenaire commercial et premier fournisseur d’acier des Etats-Unis, en sera cependant exempté “pour le moment”, de même que le Mexique. Le sort qui sera réservé à ces deux pays frontaliers des Etats-Unis sur le moyen terme dépendra en particulier de l’issue des négociations en cours sur l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna).

Selon un responsable de l’exécutif américain, tous les pays concernés pourront entamer des discussions avec les Etats-Unis pour négocier, eux aussi, une éventuelle exemption.

Désaccord 
Le président républicain de la Chambre des représentants américaine, Paul Ryan, a publiquement dénoncé la décision du président Donald Trump. “Je suis en désaccord avec cette décision et j’en crains les conséquences imprévues”, a déclaré Paul Ryan dans un communiqué, tout en saluant l’exemption accordée pour le Canada et le Mexique.

 

Source

x

Check Also

France: Sarkozy placé en garde à vue

Dans le cadre d’une enquête ...

Afghanistan: Trump veut gagner la guerre

Le président américain a déclaré ...