Accueil » Actualité » Un “Flash krach” se profile pour le début de l’année 2018 selon un analyste de Bank of America.

Un “Flash krach” se profile pour le début de l’année 2018 selon un analyste de Bank of America.

-- Temps de lecture: 5 minutes --

La bulle boursière va-t-elle éclater ? Je sais que j’évoque ce sujet régulièrement et voire même davantage depuis quelques semaines, mais je n’y peux rien. Partout où l’on met les yeux, Il y a des signaux d’alerte, et la dernière fois qu’on a vu autant d’experts mettre en garde contre un krach boursier imminent, c’était juste avant la dernière crise financière. Bien entendu, personne ne peut garantir que les banques centrales mondiales ne trouveront pas un moyen de maintenir cette bulle un peu plus longtemps, mais au moment où je vous écris, elles s’apprêtent en même temps à mettre un terme à leurs politiques monétaires très interventionnistes et surtout ultra-accommodantes. Or, sans ce soutien artificiel, les marchés vont s’effondrer et c’est inévitable. Maintenant, ce qui m’importe, c’est de savoir quand est-ce que cela va avoir lieu…

Par exemple, sachez que Michael Hartnett, un analyste très renommé de Bank of America Merrill Lynch pensait qu’une correction serait intervenue un peu plus tôt cette année, mais maintenant il met en garde contre un « Flash Krach » qui selon lui aurait lieu au cours du 1er semestre 2018

Egon Von Greyerz: « Croyez moi si vous le voulez, mais un krach gigantesque est imminent. »

Alors qu’il avait prédit en juillet que «le moment le plus dangereux pour les marchés arriverait dans trois ou quatre mois », c’est à dire aujourd’hui, on constate rétrospectivement que Michael Hartnett, le responsable de la stratégie actions de Bank of America Merrill Lynch s’était trompé (à moins que le S&P ne plonge dans les prochains jours). Cependant, fidèle à sa logique, Hartnett n’en démord pas et a remis le couvert avec une nouvelle prévision (à ne pas confondre avec l’objectif sur le S&P qui sera dévoilé sous peu par l’équipe actions de BofA et qui sera vraisemblablement proche des 2800 points). Donc, le responsable de la stratégie actions de Bank of America Merrill Lynch ose une fois de plus anticiper le moment où le marché atteindra son prochain sommet, qu’il pense désormais se matérialiser lors de la première moitié de l’année 2018. Michael Hartnett va même jusqu’à prédire qu’il y aura un « Flash Krach » d’ici quelques mois comme en 1987, 1994 et 1998.

Effectivement, ce qu’il anticipe semble plutôt inquiétant.

Afin que ce soit bien clair, laissez-moi vous donner sa citation exacte

« Un Flash Krach (à la 87/94/98) semble très probable au cours du premier semestre 2018, selon nous, alors que le principal sédatif de la volatilité, à savoir les banques centrales, commencent à retirer des liquidités. »

Michael Hartnett a utilisé le même argument que celui que j’ai tenu à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. Les banques centrales commencent à supprimer le soutien artificiel qu’elles apportaient aux marchés depuis la dernière crise financière, et dorénavant nous allons bien voir si ces derniers réussiront à se maintenir à des niveaux de survalorisation aussi délirants que ce que l’on observe aujourd’hui.

Et ce ne sont pas uniquement les marchés actions qui évoluent à des niveaux stratosphériques. En fait, Bill Blain pense que le prochain krach viendra du marché obligataire

Selon Alan Greenspan, la plus grande bulle obligataire de tous les temps est sur le point d’éclater !

La crise de 2008, qui était liée à la dette des ménages américains, a été déclenchée par les prêts hypothécaires à risque. De nouveaux problèmes se profilent en raison de l’énorme dette des ménages américains, prévient Blain, ajoutant que la prochaine crise financière pourrait provenir de l’endettement des entreprises.

« Plus précisément, la crise qui se profile semble être très similaire à celle qui s’était déclenchée en juin 2007 lorsque les premiers fonds adossés à des créances hypothécaires aux Etats-Unis avaient commencé à vaciller. » Il explique que c’est la raison pour laquelle « nous voyons des difficultés dans le secteur du marché obligataire à haut risque (junk bonds: obligations pourries), ainsi que pour les entreprises en lien avec des consommateurs fortement endettés (comme dans le secteur de la santé et celui des télécommunications). »

Selon l’analyste, le marchés actions n’a pas d’importance. « Ce sont les marchés obligataires qu’il faut surveiller. Et c’est là que je cherche à savoir ce qui va finir par céder. L’énorme krach de l’année 2018 proviendra du marché du crédit », a-t-il expliqué.

Toutes les classes d’actifs ont été propulsées à des niveaux de survalorisation totalement absurdes par l’interventionnisme sans précédent des banques centrales.

Si les banques centrales n’avaient pas administrées les marchés, les actions n’auraient jamais atteint de tels sommets et le marché obligataire n’aurait jamais été poussé à des niveaux aussi élevés.

Alerte: L’indice de Shiller a pulvérisé le niveau record qu’il avait atteint juste avant le Krach de 1929 Shootée aux liquidités, la capitalisation boursière mondiale vient de battre un nouveau record !

Et la Réserve fédérale américaine n’est pas la seule banque centrale à intervenir directement sur les marchés américains.

Saviez-vous par exemple que la Banque nationale Suisse (BNS) est devenue le huitième détenteur public de titres américains dans le monde ?

Selon John Mauldin, la banque nationale suisse a injecté 17 milliards de dollars sur les marchés américains depuis le début de l’année 2017, et ils détiennent environ 80 milliards de dollars d’actions américaines…

Egon Von Greyerz: BNS: Le plus gros HEDGE FUND au monde

Aujourd’hui, La BNS détient environ 80 milliards de dollars d’actions américaines (juin 2017) et environ 20 milliards de dollars d’actions européennes (cette estimation vient de mon ami Grant Williams, et je vais m’en accommoder).

La BNS a acheté pour environ 17 milliards de dollars d’actions américaines depuis le début de l’année. C’est ainsi qu’elle gère son argent.

Songez-y un instant: chaque citoyen Suisse détient au travers du bilan de la BNS, 10.000 $ d’actions américaines, sans compter ce qu’elle peut détenir dans d’autres actifs, dans le but de lutter contre la «surévaluation du franc» qui est toujours l’une des devises les plus chères du monde.

La Suisse est maintenant le huitième plus grand détenteur public d’actions américaines. Et au 31 mars 2017, la BNS détenait pour 19 millions d’actions Apple.

Ce qui est dingue, c’est que cette banque achète des actions avec de l’argent qui est créé à partir de rien.

Alors ? A votre avis, ce n’est pas de la triche ? Car en réalité, c’est exactement ça.

Comment voulez-vous que les actions puissent chuter lorsque toutes les banques centrales de la planète créent des montagnes colossales d’argent à partir de rien et l’utilisent pour acheter des actions ?

Jim Rogers: « Nous sommes à la veille du pire krach boursier qu’on n’ait jamais connu »

Ce sont les banques centrales qui ont crée cette gigantesque bulle boursière, et elles peuvent également la faire éclater en arrêtant de soutenir artificiellement les marchés, et c’est précisément ce qui se passe actuellement.

Pour la suite des événements, c’est très simple. Soit les banques centrales arrêtent de soutenir artificiellement les marchés et ces derniers vont s’effondrer, soit elles décident de maintenir cette gigantesque bulle actuelle un peu plus longtemps en continuant d’injecter d’astronomiques quantités de liquidités.

Mais apparemment, elles semblent vouloir se retirer et faire machine arrière, ce qui risque de rendre l’année 2018 extrêmement intéressante sur les marchés financiers.

Évaluer cet article

x

Check Also

L’allocution secrète de la reine Élisabeth II en cas de 3e guerre mondiale divulguée

-- Temps de lecture: 1 minute -- Dans l’éventualité d’une Troisième guerre ...

«A qui profite le crime ?» : un ex-agent du renseignement français analyse l’affaire Skripal

-- Temps de lecture: 1 minute -- L’ancien officier de renseignement Cyrille ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian
error: © Copyright Cybercomnet, All Rights Reserved. !!