Accueil » Actualité » Moscou: l’alerte rouge en Afghanistan

Moscou: l’alerte rouge en Afghanistan

Les terroristes internationaux de Daech, ayant subi une défaite en Syrie et en Irak, regroupent leurs forces et se dirigent au-delà du Moyen-Orient, a déclaré mardi le directeur du Service fédéral de sécurité russe (FSB) Alexander Bortnikov.

«?Ayant subi une défaite militaire en Syrie et en Irak, les organisations terroristes internationales regroupent leurs forces et se dirigent au-delà du Moyen-Orient. L’Afghanistan est la prochaine destination de Daech?», se prononce Bortnikov, lors de la réunion de la Communauté des États indépendants (CEI).

«?L’Afghanistan est en train de devenir un centre névralgique de la concentration des terroristes, car il existe déjà des bases de Daech là-bas, alors que les terroristes ont la possibilité de s’infiltrer dans le territoire des pays de la CEI,?» a-t-il déclaré aux participants à la réunion du conseil des chefs des agences de sécurité et des services spéciaux des États membres de la CEI.

 Le chef du Service fédéral de la sécurité intérieure russe (FSB), Alexandre Bortnikov. ©Reuters

M. Bortnikov a ajouté que les terroristes internationaux avaient changé de tactique et que leurs dirigeants leur avaient demandé d’agir désormais indépendamment.

L’agence de presse Sputnik a rapporté que le ministère russe de la Défense avait livré des chars d’assaut modernes et plusieurs hélicoptères de combat à l’armée tadjik pour faire face à Daech sur la frontière avec l’Afghanistan et protéger les frontières conjointes.

L’envoyé spécial de Poutine, Zamir Kabulov s’est auparavant dit préoccupé des agissements de Daech au nord de l’Afghanistan et a averti que tout laxisme de la part de Kaboul face à Daech conduirait Moscou à opter pour une intervention manu militari en Afghanistan.

Aux côtés des figures politiques russes, les responsables afghans ne cachent pas leurs soucis de la domination de Daech dans leur pays. Les membres du conseil provincial de Jowzjan et de Sare Pol, par exemple, ont exprimé leur inquiétude de l’extension de la sphère d’influence de Daech dans les deux provinces.

Le journal Sarkhat écrit que les unités de Daech?sont en train de construire de nouveaux repaires fortifiés au nord du pays et qu’ils décidaient de faire de Jowzjan un centre de commandement.

Rahmatullah Hashar, gouverneur de la ville de Darzab a précisé que la plupart des quartiers de la ville sont sous le contrôle de Daech et que la ville est le centre de coordination des opérations du groupe terroriste dans le nord du pays.

Entre temps, certaines sources locales ont dévoilé le déploiement des éléments étrangers, pour la plupart arabes à Darzab, qui ont pris en charge la formation des terroristes de Daech en Afghanistan.

Auparavant, l’analyste Javid Kouhestani avait déclaré que les éléments de Daech étaient transférés via le port de Karachi vers l’Afghanistan.

Pour ce qui est de la menace grandissante des daechistes à Jowzjan, le porte-parole du ministère de la Défense, le général Daulat Waziri, a annoncé à la Radio Azadi de l’Afghanistan que l’armée s’efforçait de refouler les daechistes de la province afghane.

Certaines autorités afghanes et les partis opposants au gouvernement accusent le gouvernement d’union nationale de tergiversation dans la lutte contre Daech.

x

Check Also

Maroc: Jerada s’embrase encore

Un grand nombre de citoyens ...

Pyeongchang: le coup raté de Washington

Des responsables nord-coréens ont annulé ...