Accueil » Actualité » Corse: les vieux démons se réveillent!

Corse: les vieux démons se réveillent!

-- Temps de lecture: 2 minutes --

Le président de l’Assemblée de Corse, Jean Guy Talamoni, a salué vendredi la «?naissance de la République de Catalogne?» et exprimé sa solidarité à l’égard du gouvernement régional, quelques heures après la déclaration unilatérale d’indépendance de la Catalogne.

Le président de l’Assemblée de Corse, Jean Guy Talamoni. ©AFP

«?Nous regrettons que cet événement historique n’intervienne pas dans une situation apaisée?», a écrit l’élu indépendantiste corse Jean Guy Talamoni dans un communiqué, accusant Madrid d’avoir «?refusé depuis des années de prendre en compte la volonté du peuple catalan d’avancer vers sa souveraineté?».

Le gouvernement espagnol «?a fait preuve d’une irresponsable intransigeance, le conduisant à décider de l’abolition de l’autonomie catalane et la destitution de son gouvernement démocratique?», a-t-il estimé. Et d’ajouter : «?Le Parlement catalan vient donc de refuser l’abaissement de sa démocratie et l’humiliation de son peuple.?»

Face au risque d’une «?aggravation des tensions?», Jean Guy Talamoni a appelé les démocrates européens à «?soutenir un peuple qui ne demandait qu’à exercer librement ses droits naturels et inaliénables?».

En Corse, où les aspirations d’autonomie sont croissant depuis 40 ans, la consultation catalane du 1er octobre, à l’origine de la crise ouverte entre Barcelone et Madrid, risque de réveiller les vieux démons.

Le mouvement clandestin corse du Front de libération nationale corse (FLNC) «?du 22 octobre?» a notamment appelé la population à faire élire la liste issue de l’union du mouvement national corse lors des élections territoriales des 3 et 10 décembre.

Le président français et son gouvernement tout comme l’Allemagne se sont fermement opposés à une «?Catalogne indépendante?» et se sont dits solidaires envers Madrid. Cette opposition s’est exprimée alors que la France, tout en apportant un soutien «?apparent?» à Bagdad, a fait avancer l’idée de la création d’une «?confédération Erbil-Bagdad?», ce qui revient à reconnaître à demi-mot un «?État kurde en Irak?».

Certains analystes relèvent ce qu’ils appellent «?le syndrome indépendantiste?» qui est sur le point d’affecter l’Europe et même l’Afrique : au Cameroun par exemple, les anglophones qui ne constituent que 20 % de la population répartis dans deux régions sur un ensemble de 23, réclament eux aussi et depuis quelque temps une autonomie voire une indépendance. Qui pousse à la désintégration des États et dans quel objectif ?

En Syrie, la France n’a cessé pendant les deux mandats de Sarkozy et de Hollande de soutenir les efforts censés provoquer le démembrement du pays. Idem en Irak où les figures célèbres comme l’ex-ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner ou encore le philosophe Bernard Henri Levi n’ont cessé de s’afficher aux côtés de Barzani, au lendemain de la tenue du référendum désormais discrédité sur l’indépendance. La France politique, arroseur arrosé??

Évaluer cet article

x

Check Also

Maroc: Jerada s’embrase encore

-- Temps de lecture: 2 minutes -- Un grand nombre de citoyens ...

Pyeongchang: le coup raté de Washington

-- Temps de lecture: 1 minute -- Des responsables nord-coréens ont annulé ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian
error: © Copyright Cybercomnet, All Rights Reserved. !!