Accueil » Actualité » Pyongyang montre ses muscles à Macron “la France devrait alors d’abord abandonner ses armes nucléaires”

Pyongyang montre ses muscles à Macron “la France devrait alors d’abord abandonner ses armes nucléaires”

-- Temps de lecture: 2 minutes --

« Si les armes nucléaires sont si mauvaises, la France devrait les abandonner puisqu’elle n’est sous la menace de personne », a estimé un représentant nord-coréen, condamnant la réaction d’Emmanuel Macron.

Un haut responsable nord-coréen a critiqué la France pour avoir estimé que les ambitions nucléaires de Pyongyang pouvaient être une menace pour l’Europe, affirmant que Paris devait d’abord abandonner son propre programme nucléaire.

« Récemment, de hauts dirigeants politiques français ont alarmé les gens en affirmant des faits absurdes concernant l’explosion réussie d’une bombe H pour missiles balistiques intercontinentaux de la République populaire démocratique de Corée », a déclaré Ri Tok-son, le directeur adjoint du département européen du ministère des Affaires étrangères nord-coréen, à Pyongyang, lors d’une interview à l’AFP.

Le président français Emmanuel Macron avait appelé les Nations unies à réagir rapidement aux actions de Pyongyang et sommé l’Union européenne d’y apporter une réponse « claire et unie ».

Son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait précisé que la Corée du Nord pourrait avoir la capacité de mener une frappe sur les États-Unis et même sur l’Europe, « en quelques mois ».

« Ils se sont occupés […] à formuler des remarques absurdes comme “le missile de la Corée du Nord peut frapper l’Europe” », a réagi Ri Tok-son, sans toutefois mentionner le nom du président français ou de son ministre.

« Il est ridicule de dire que les armes nucléaires de la République populaire démocratique de Corée, la force dissuasive contre le chantage et la menace nucléaire des États-Unis, pourraient viser l’Europe », a-t-il déclaré.

« Si les armes nucléaires sont si mauvaises, la France devrait alors d’abord abandonner ses armes nucléaires puisqu’elle n’est sous la menace nucléaire de personne ».

La Corée du Nord a mené son sixième essai nucléaire il y a une semaine. Elle a déclaré qu’il s’agissait d’une bombe à hydrogène ou bombe H miniaturisée et apte à être placée sur un missile balistique intercontinental. En juillet, il a aussi effectué deux tirs de missiles.

Les déclarations de Ri Tok-son sont intervenues quelques heures avant que les États-Unis ne demandent formellement à l’ONU de voter, le lundi 11 septembre, un projet de résolution prévoyant de nouvelles sanctions sévères contre la Corée du Nord.

Le projet de texte initial des États-Unis prévoit notamment un embargo sur le pétrole, l’interdiction d’importer du textile nord-coréen, un gel des avoirs du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le renvoi dans leur pays des expatriés nord-coréens et la possibilité d’inspecter par la force des navires suspects en haute mer.

Avec AFP

 

newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

0



Laisser un commentaire

x

Check Also

La nouvelle chef de la CIA accusée de torture

-- Temps de lecture: 2 minutes -- 0.0 00 Dans la foulée ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian