Accueil » Actualité » Malgré un nouveau cessez-le-feu, les bombardements de l’armée ukrainienne sur le Donbass continuent

Malgré un nouveau cessez-le-feu, les bombardements de l’armée ukrainienne sur le Donbass continuent

-- Temps de lecture: 4 minutes --

Le 1er juin 2017 à minuit, un nouveau cessez-le-feu est entré en vigueur dans le Donbass. Il y en a eu tellement, rien que depuis le début de cette année, qu’on en perd le compte, et qu’on en vient à douter de son utilité.

Ce jour-là, plus de 10 000 personnes se sont rassemblées en République Populaire de Donetsk (RPD), pour rendre hommage de manière pacifique aux enfants morts sous les bombardements de l’armée ukrainienne depuis le début de la guerre dans le Donbass à l’occasion de la Journée internationale des Enfants. Cette campagne intitulée « Les Anges » a eu lieu aussi en République Populaire de Lougansk (RPL) et en Russie.

Des commémorations ont aussi été organisées en en Allemagne à Berlin, Hambourg, Munich et Quakenbrück, en Italie, et en Grèce au sein des bureaux représentatifs de la RPD, en Serbie et en Ossétie du Sud, mais aussi en France à Lyon grâce à l’association Ouest-Est de Nikola Mirkovic.

Commémorations en l'honneur des enfants tués par l'armée ukrainienne

À Donetsk, des centaines de lampions chinois ont été lancés par les gens qui s’étaient rassemblés. Malgré le nouveau cessez-le-feu entré en vigueur le jour même et le fait que l’armée ukrainienne avait été avertie de ce lancé de lampions, les soldats ukrainiens n’ont rien trouvé de mieux à faire que de tirer à la mitrailleuse sur les lampions près du Centre Volvo… Un cynisme ignoble. Après avoir assassiné ces enfants, l’armée ukrainienne assassine l’hommage qui leur est rendu.

L'armée ukrainienne tire sur les lampions

L'armée ukrainienne tire sur les lampions

Le même jour dans la partie du Donbass occupée par l’armée ukrainienne, une jeune fille de 14 ans a été violée puis assassinée à Andreyevka, alors que la localité est occupée par des soldats ukrainiens.

Et après les 389 violations du cessez-le-feu et les 3 632 obus d’un calibre interdit par les accords de Minsk que l’armée ukrainienne a tirés cette semaine, le nouveau cessez-le-feu n’a rien changé à la donne, puisque les dernières 24 heures ont été marquées par 60 nouvelles violations du cessez-le-feu, et plus de 911 obus tirés sur le territoire de la république par l’armée ukrainienne (soit un quart du nombre d’obus de l’ensemble de la semaine tirés en seulement 24 h). Ce crescendo du nombre de bombardements se reflète aussi dans le nombre de destructions, puisque aux 23 habitations endommagées durant la semaine écoulée, les bombardements des dernières 24 h sont venus y ajouter 15 habitations de plus.

Le seul point « positif » de la semaine fut la baisse du nombre de victimes aussi bien parmi les civils que les soldats avec un mort parmi ces derniers et deux blessés parmi les civils.

Du côté contrôlé par l’armée ukrainienne par contre, la dernière provocation a fait des victimes parmi les civils. Comme craint et annoncé par Edouard Bassourine, l’armée ukrainienne a de nouveau tiré sur Avdeyevka pour faire porter le chapeau à la RPD.

Le 30 mai, à 19 h 30, la 72e brigade a tiré sur la ville, y compris la zone résidentielle près de la cokerie. Trois civils ont été blessés par des shrapnels de mortier. Il faut rappeler qu’à cet endroit du front, suite au plan de désescalade élaboré en début d’année, l’armée de la RPD a reculé ses mortiers de plus de 4 km de la ligne de contact, et que les mortiers utilisés ont une portée maximum de 3 km. Donc seule l’armée ukrainienne pouvait mener ces tirs.

Et il n’y a pas que les provocations et les bombardements qui vont crescendo dans l’armée ukrainienne, les désertions aussi. D’après des documents du quartier général de l’OAT obtenus par l’armée de la RPD, depuis le début de la guerre 10 230 soldats ukrainiens au total ont déserté de la zone de l’OAT (soit 1 700 de plus par rapport au mois d’avril). Rien que durant la période du 11 au 17 mai 2017, 67 soldats ukrainiens ont déserté, du 18 au 25 mai 81 soldats ont déserté, et durant la semaine écoulée c’est 127 soldats ukrainiens de plus qui sont venus grossir les rangs des déserteurs.

Comme on peut le voir c’est une tendance clairement à la hausse, et la plus grande partie des déserteurs vient des 72e et 92e brigades impliquées dans les bombardements sous faux drapeau qui ont frappé Avdeyevka et Krasnogorovka.

La Garde Nationale et le SBU sont arrivés sur zone pour mener les recherches, mais aussi pour empêcher de nouvelles désertions en jouant le rôle d’unités de barrage, tout en servant à boucher les trous sur le front laissés par ces désertions massives.

D’ailleurs l’ancien ministre de la Défense ukrainien, Anatoly Gritsenko, a avoué à la télé, sur la chaîne 112 que si Kiev veut absolument enrôler les officiers de réserve c’est pour combler les manques de personnel flagrants dans l’armée ukrainienne. Dans certaines brigades comme la 501e, le taux de remplissage réel des effectifs n’est que de 55 % au lieu des 88 % officiellement annoncés.

Devant cette décomposition accélérée de l’armée ukrainienne, on comprend l’empressement de Kiev à vouloir provoquer une offensive dont elle a tant besoin, tant qu’il lui reste un semblant d’armée pour la mener. Les deux républiques populaires s’attendent donc à une multiplication des provocations mais aussi des attentats menés par les groupes de diversion ukrainiens, afin de pouvoir justifier cette offensive, voire même demander à l’OTAN de renforcer son aide militaire à l’Ukraine.

Christelle Néant

newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

0



Laisser un commentaire

x

Check Also

Europol met en garde contre le retour des daechistes

-- Temps de lecture: < 1 minute -- Dans un entretien avec l’Associated ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian