Accueil » Actualité » Attentats de Téhéran: quelques détails, les médias réagissent

Attentats de Téhéran: quelques détails, les médias réagissent

-- Temps de lecture: 3 minutes --

La plupart des médias américains et israéliens se sont penchés sur les attaques terroristes qui ont frappé ce mercredi matin la capitale iranienne, Téhéran. 

Pour nombre de médias américains, c’est un incident rare à Téhéran. Il est incroyable de voir de tels attentats survenir à Téhéran.

Le journal israélien Haaretz a écrit qu’au moins 7 personnes ont été tuées selon les derniers rapports. Deux attaques terroristes qui ont été menées, dans les locaux du mausolée du Leader de la révolution et l’autre dans le bâtiment du Parlement à Téhéran, ont été largement évoquées par la plupart des médias iraniens. Le ministre  des Renseignements affirme qu’il s’agissait d’attaques terroristes.

Pour l’Associated Press l’attaque contre le saint mausolée de l’Imam Khomeiny est très importante dans la mesure où elle pourrait être jugée « symbolique » ; l’ayatollah Khomeiny, le premier Leader de l’Iran, était le personnage le plus saillant du pays et un leader révolutionnaire qui a chassé le Shah d’Iran en 1967.

Le journal Washington Post  a écrit : « Des hommes armés ont attaqué, dans une démarche sans précédent et inédite, le saint mausolée de l’Imam Khomeiny et le bâtiment du Parlement iranien. ” C’est un acte du jamais vu dans le récent passé en Iran”, écrit le quotidien.

Sur le site internent de la BBC on peut lire : « Des actes de sabotage ont été perpétrés à Téhéran. Il n’est pas encore déterminé qui était l’auteur de ces attaques terroristes mais la réalité est que de tels attentats sont très rares à Téhéran. »

Le journal Guardian a pour sa part écrit : «L’Iran a été toujours menacé par les groupes extrémistes comme Daech mais il a toujours réussi à déjouer ces attaques et menaces ; il combat Daech en Syrie et en Irak. »

Le double attentat terroriste qui a frappé, ce mercredi 7 juin, la capitale iranienne comprend des éléments qui méritent d’être pris en compte. Ce drame a fait la une des journaux en Iran ainsi que dans le monde.

* Ces attentats ont été condamnés par les dirigeants de plusieurs pays, dont l’Irak, la Turquie, la Russie, l’Afghanistan, le Liban, le Qatar, la France, l’Italie, le Pakistan et la Lituanie. Ils ont été également dénoncés par la chef de la diplomatie de l’Union européenne Federica Mogherini et le président du Parlement européen Antonio Tajani, alors que le président des États-Unis Donald Trump a observé le silence à ce propos, ce qui trahit la politique de double standard de la Maison-Blanche. En plus, il paraît que le déplacement de Donald Trump en Arabie saoudite, où il a signé un colossal contrat d’armements avec les Saoudiens et les a encouragés à soumettre le Qatar à une pression accrue, a rehaussé le moral des terroristes.

* À peine quelques heures avant les attentats terroristes de Téhéran, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Joubeir avait déclaré que l’Iran devrait être puni pour ses interventions dans les affaires des pays de la région. C’est le mardi 6 juin à Paris que le ministre saoudien des Affaires étrangères a menacé la République islamique d’Iran.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Joubeir, à Paris, le 6 juin 2017. ©AFP

Devant un parterre de journalistes, Adel al-Joubeir a préféré fermer les yeux sur les documents, qui ont été jusqu’ici révélés, trahissant le soutien de Riyad à Daech et à d’autres groupes terroristes.

« L’Iran est le plus grand sponsor du terrorisme dans le monde. Il s’immisce dans les affaires intérieures de ses voisins et il soutient les groupes extrémistes dans la région », avait prétendu le ministre saoudien.

À noter que la majorité des terroristes présents en Irak et en Syrie sont de nationalité saoudienne.

* Ces opérations terroristes, bien qu’elles aient eu lieu dans la capitale, sont dépourvues d’une valeur opérationnelle étant donné la nature des lieux attaqués.

* Un certain nombre d’éléments terroristes ont été arrêtés et leurs aveux révéleront beaucoup de choses.

* Le directeur adjoint du Renseignement du Corps des Gardiens de la Révolution islamique, le général Mohammad Hossein Nejat, a déclaré que les attentats terroristes de Téhéran avaient eu lieu presque deux semaines après un sommet qui avait réuni les pontes du régime saoudien et les responsables américains.

Le président américain Donald Trump (2e-D) et le roi d’Arabie saoudite Salmane ben Abdelaziz (G) font la danse du sabre, le 20 mai 2017 à Riyad. ©AFP

« Aucune faille sécuritaire n’a été signalée et les terroristes n’ont pas pu atteindre leurs objectifs bien que l’attentat ait fait des victimes », a affirmé le général Mohammad Hossein Nejat.

x

Check Also

L’allocution secrète de la reine Élisabeth II en cas de 3e guerre mondiale divulguée

-- Temps de lecture: 1 minute -- 0.0 00 Dans l’éventualité d’une ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian