Accueil » Actualité » Des GI’s en Syrie: la réaction russe?

Des GI’s en Syrie: la réaction russe?

-- Temps de lecture: 2 minutes --

Le déploiement des forces américaines dans les zones de désescalade en Syrie nécessite une coordination préalable avec Damas, a annoncé le vice-ministre russe des AE, Michael Bogdanov.

Le vice-ministre russe des AE, Michael Bogdanov.

“Il est encore trop tôt pour parler du déploiement des forces américaines dans les zones de désescalade” a déclaré à la presse le représentant spécial du président russe, Vladimir Poutine pour le Moyen-Orient et l’Afrique, Mikhaïl Bogdanov, avant d’ajouter que cette question “nécessite en tout état de cause une coordination préalable avec le gouvernement de Damas”, car “la Syrie est un pays souverain membre de l’ONU” dont le gouvernement est “élu au suffrage universel”.

Cité par la chaîne al-Alam, Bogdanov a insisté sur le fait que pour toute prise de décision concernant la Syrie, “il est impératif d’avoir le feu vert de Damas”.

Revenant sur la formation “des conseils locaux” en Syrie dans le cadre du plan russe, Bogdanov a déclaré que “les dits conseils pourraient être formés dans diverses régions du pays, après leur libération des mains des terroristes”, mais “à condition qu’ils ne remplacent pas le gouvernement légitime de Damas”. La Russie a à plusieurs reprises affirmé ces derniers temps son attachement au maintien du principe de l’intégrité territorial syrien.

Le représentant spécial du président russe Vladimir Poutine pour le Moyen-Orient et l’Afrique, a également déclaré que Moscou souhaite intervenir en médiateur dans le règlement des divergences entre Washington et Téhéran, dans le dossier syrien mais que les positions des deux parties sont “très différentes” : ” il ne faut pas se faire d’illusions. Les points de vue iranien et américain sont divergents”.

Le plan prévoyant la création de quatre zones de désescalade à Idlib, à Homs, dans la Ghouta-orientale et dans le sud syrien a été proposé par les Russes et signés par l’Iran et la Turquie. Ces trois pays devront se porter garants de son application.

Les propos de Bougdanov interviennent alors que les informations se succèdent sur une imminente offensive américano-jordanienne contre le sud de la Syrie. L’armée syrienne et ses alliés sont état d’alerte sur les frontières sud pour parer à toute éventualité.

x

Check Also

La Belgique porte un coup au wahhabisme

-- Temps de lecture: 2 minutes -- 0.0 00 Dans le but ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian