Accueil » Actualité » France: Fillon craint un destin à la grecque

France: Fillon craint un destin à la grecque

Lors d’un meeting en Corse, François Fillon a dressé un constat alarmiste de la situation économique de la France.

« Je répète ce que j’avais dit ici en Corse, en 2007. Nous sommes un État en faillite, avec 2 200 milliards de dettes, 30 000 euros sur chacune des têtes des Français », a-t-il déclaré devant des militants réunis à Biguglia (Haute-Corse), a écrit Reuters.

« Une dette qui nous oblige chaque jour à aller chercher des milliards d’euros sur les marchés internationaux, à aller nous agenouiller devant ceux que François Hollande qualifiait de ses ennemis », a-t-il ajouté.

« La France est aujourd’hui un pays qui peut tomber à la manière de l’Espagne, du Portugal, de l’Italie, voire un jour même de la Grèce », a insisté le vainqueur de la primaire de la droite.

Lors de sa campagne électorale, il avait promis de réduire le déficit budgétaire de 100 milliards de dollars et de supprimer 500 000 emplois dans le secteur public. Les propositions de Fillon sont plus sévères que celles des autres candidats à la présidentielle.

Au cours de son premier déplacement officiel en Corse, en septembre 2007, François Fillon avait déclaré devant des agriculteurs corses : « Je suis à la tête d’un État qui est en situation de faillite sur le plan financier, je suis à la tête d’un État qui est depuis 15 ans en déficit chronique, je suis à la tête d’un État qui n’a jamais voté un budget en équilibre depuis 25 ans, ça ne peut pas durer », a écrit le site français INA.

Cette déclaration avait été à l’origine des divergences entre Fillon et Sarkozy. Lors de la primaire de la droite, Fillon a vaincu Sarkozy. Plusieurs des partisans de Sarkozy ont essayé d’obliger Fillon à renoncer à sa candidature. Ces tentatives se sont multipliées avec les soupçons d’emplois fictifs pesant sur l’épouse du candidat de la droite Penelope Fillon et deux de leurs enfants.

Dans les sondages, Fillon occupe la 3e place derrière Macron et Le Pen.

En 2007, la France avait une dette de 64 % du PIB alors qu’en 1995 elle était moins de 56 %. En 2015, la France avait une dette de 96 % de son PIB.

 




x

Check Also

La nouvelle chef de la CIA accusée de torture

Dans la foulée des spéculations ...