Accueil » Actualité » Tu veux être riche, te faire beaucoup de fric ? Crée donc ton site de téléchargement illégal !

Tu veux être riche, te faire beaucoup de fric ? Crée donc ton site de téléchargement illégal !

-- Temps de lecture: 5 minutes --

A toi la Jaguar, le lit à 103 000 dollars, la villa de luxe, les feux d’artifice perso… puis la sanction et la case prison.

Deux berlines Jaguar, 10 000 euros en cash, 250 000 euros répartis sur plusieurs comptes bancaires, du matériel informatique de pointe, des assurances vie… 430 000 euros d’avoirs en tout.

Les berlines Jaguar saisies

Les berlines Jaguar saisies – Policia Andorra

Tout ça en créant un site de téléchargement illégal appelé Zone Téléchargement (ZT). Dans le langage des millenials, un terme décrit parfaitement le train de vie des administrateurs de ZT : Thug Life.

En français, on dirait « vie de voyou ». Parce que les personnes derrière ZT sont bien des voyous.

Get rich or die tryin’ (or be a pirate)

A l’ère des billets cinéma MK2 à 10 euros et des Gaumont à 13, des jeux vidéo à 70 balles auxquelles il faut ajouter 15 euros de contenus payants tous les trois mois, des bouquins en papier dont on prédit la mort mais qui continuent à coûter 21 euros… les mecs derrière Zone Téléchargement ont exploité le bon filon.

Ils ont balancé sur le Net 18 000 films, 2 500 séries, 11 000 documentaires, 21 000 émissions TV (les chiffres proviennent de l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle, qui n’aime pas particulièrement ZT).

Ils se font des thunes en vendant sur leur propre plateforme des encarts publicitaires. Quand on sait que ZT accueillait 11 000 visiteurs uniques par jour et 3,7 millions de connexions par mois (sources policières), qu’il était classé comme le 11e site le plus consulté en France, on est moins surpris par les deux berlines Jaguar et les 430 000 euros.

D’autant qu’ils n’étaient pas très regardants sur la publicité. On y trouvait pas mal d’encarts publicitaires à caractère pornographique. A croire que sur les internets, quand tu télécharges « Walking Dead » illégalement, tu mates du porno obligatoirement (OK, j’avoue).

De Toulouse en Andorre

D’après les premiers éléments sortis dans la presse, deux Toulousains de moins de trente ans sont suspectés d’être à la tête de Zone Téléchargement (la gendarmerie n’a pas encore répondu à nos questions).

Ils avaient quitté la ville rose pour la principauté d’Andorre. Chacun logeait dans une baraque de luxe dans un quartier de luxe, à la paroisse d’Escaldes-Engordany. Sur une vidéo de la police andorrane reconstituant l’arrestation, on voit que l’un des deux avait déjà installé son sapin de Noël.

Capture d'écran de la vidéo diffusée par la police andorrane

Capture d’écran de la vidéo diffusée par la police andorrane – Policia Andorra

Ils risquent trois ans de prison et 300 000 euros d’amende pour contrefaçon. Si les charges de contrefaçon en bande organisée sont retenues, la peine de prison encourue s’élèvera à sept ans d’emprisonnement et l’amende à 750 000 euros. Les ayants droit, c’est-à-dire les plaignants dans cette affaire, estiment, eux, leur préjudice à 75 millions d’euros.

Le business du direct download

Zone Téléchargement faisait du « direct download » (DDL). Pas besoin d’installer un logiciel comme BitTorrent,  l’utilisateur télécharge un fichier en cliquant simplement sur le lien.

Pour mieux comprendre son business, tentons une métaphore. Vous allez chez votre boulanger, vous récupérez toutes les baguettes qu’il s’est tué à faire depuis 3 heures du matin, vous les distribuez gratuitement aux personnes intéressées dans votre quartier et vous demandez à chaque fois, un petit backchich, que vous ne partagerez évidemment pas avec votre boulanger.

Pour Bluetouff, cofondateur du site Reflets.info :

« Il faut bien comprendre que ces gens-là ne le font pas pour l’amour du partage, comme ça peut être le cas pour des échanges peer-to-peer. Non, le DDL, c’est ultra rentable. Il suffit de voir le nombre de publicités qu’ils affichent avant de pouvoir télécharger un fichier. »

Kim Dotcom et le MegaWorld

Les administrateurs de ZT sont des petits poissons dans la mafia commerciale du direct download. Un homme avait érigé cette pratique en empire commercial : Kim Dotcom.

Kim Schmitz (de son vrai nom) a créé au début des années 2000 un conglomérat de sites, englobé sous l’appellation MegaWorld. Le plus connu d’entre eux, vous le connaissez sans doute, c’était Megaupload. Une plateforme de téléchargement global (fermée en 2012) sur laquelle on téléchargeait surtout des fichiers piratés.

Kim Dotcom avait crée sa propre régie publicitaire et son propre système de paiement. L’internaute était d’ailleurs incité à souscrire des abonnements payants pour pouvoir télécharger encore plus vite.

Le siège social de Megaupload se situait à Hong Kong, un autre paradis fiscal. Avant qu’il ne soit fermé par le FBI, Megaupload était la plateforme de téléchargement favorite des internautes. Une vidéo promotionnelle, du temps où Megaupload existait encore, donne quelques chiffres :

  • 50 millions d’utilisateurs par jour ;
  • 1 milliard d’utilisateurs en tout ;
  • les données représentent 4% de l’Internet (oui, ça, c’est assez flou).

Visionnez la vidéo ci-dessous pour comprendre à quel point Megaupload était un phénomène à l’époque (elle met en scène Will-I-Am, Jamie Foxx, Kanye West, etc.).

[youtube_sc url=”https://youtu.be/Y8aUCnyKH2U”]

Vidéo promotionnelle de MegaUpload

Le prince mégalomane d’Auckland

Kim Dotcom vivait comme un prince. D’après une enquête [PDF] réalisée par des journalistes néo-zélandais, il possédait à l’époque de sa gloire la plus chère maison de Nouvelle-Zélande.

La maison de Kim Dotcom

La maison de Kim Dotcom – AFP/Michael Bradley

Chaque année, il finançait aussi le feu d’artifice municipal d’Auckland. Un moyen d’acheter sa respectabilité. Son lit coûtait la bagatelle de 103 000 dollars. Il possédait 6 millions d’euros en voitures de luxe (le site automobile Turbo en dresse la liste). L’ancien hacker personnalisait ses plaques d’immatriculation. A la place des habituels chiffres et lettres, il leur préférait les mots « HACKER », « GUILTY » (« coupable »), « MAFIA »…

Migration massive

Megaupload et Zone Téléchargement sont parmi les plus gros business ayant exploité le direct download. Mais il existe plein de petits sites qui arrondissent les fins de mois (souvent de manière juteuse) en exploitant ce filon : citons par exemple les forums Wawa-Mania et Forum-DDL.

La France est un terrain favorable à ce genre de commerces. La loi Hadopi sanctionne uniquement les téléchargements illégaux grâce aux logiciels peer-to-peer. Résultat : une migration massive des internautes vers des plateformes type Megaupload et Zone Téléchargement.

ZT est mort. Qui prendra sa place ?

Kim Dotcom, en mode Thug Life

Kim Dotcom, en mode Thug Life – AFP/Michael Bradley – retouche Benoît Le Corre

http://rue89.nouvelobs.com/2016/11/30/veux-etre-riche-cree-donc-site-telechargement-illegal-265785

Évaluer cet article

x

Check Also

“Sans l’aide de l’Iran Bagdad serait tombé”

-- Temps de lecture: 2 minutes -- Le vice-président des Hachd al-Chaabi ...

Rohingyas: “actes de génocide” au Myanmar

-- Temps de lecture: 1 minute -- Le haut-commissaire des Nations unies ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian
error: © Copyright Cybercomnet, All Rights Reserved. !!