Accueil » Actualité » Combien a coûté la campagne russe en Syrie ?

Combien a coûté la campagne russe en Syrie ?

-- Temps de lecture: 5 minutes --

Les 167 jours de campagne militaire en Syrie ont pu coûter à la Russie 38 milliards de roubles, estime le quotidien RBC, qui se base sur les données publiées par le ministère russe de la défense et des calculs d’experts. Moscou préfère pour sa part garder l’information « secrète ».

pilote russe syrie
Pilote russe sur la base de Lattaquié, en Syrie, après l’annonce du rapatriement d’une partie des troupes russes, le 15 mars. Crédits : ministère de la défense russe

Fin octobre 2015, le coût d’une journée de combats représentait environ 156,3 millions de roubles (soit environ 2,5 millions de dollars au cours d’alors), a estimé RBC dans un rapport intitulé « Combien la Russie dépense-t-elle pour la guerre en Syrie ? ». Ces calculs prennent en compte les dépenses liées aux vols militaires, à la rémunération et à l’entretien des soldats, aux équipements ainsi qu’aux divers transports.

Or, depuis le début de la campagne, le nombre d’avions utilisés est passé de 50 à 70, et des équipements de défense aérienne S-400 ont été déployés sur la base russe de Khmeimim, à Lattaquié. Du fait de ces ajouts, le coût d’une journée d’opération a dû passer à environ 230 millions de roubles (3,3 millions de dollars selon le cours du rouble au moment du début de l’opération), selon les estimations de RBC. Les dépenses consacrées à l’opération syrienne peuvent ainsi avoir atteint un total de 38,4 milliards de roubles (soit environ 546 millions de dollars).

En décembre 2015, l’agence Bloomberg, citant une source au sein du gouvernement russe, a rapporté que Moscou avait dépensé un minimum d’1,2 milliard de dollars pour l’année 2016 dans les combats en Syrie, soit 3,28 millions de dollars par jour, ce qui correspond environ aux calculs de RBC.

« Ce sont des chiffres extrêmement approximatifs, mais je suis prêt à les confirmer », a commenté le directeur du Centre d’analyse des stratégies et des technologies, Rouslan Poukhov, à propos du rapport de RBC. Mais dans l’ensemble, ces dépenses russes pour la campagne militaire syrienne sont en réalité extrêmement modérées : une série d’exercices militaires pour une année coûte plus cher », compare M. Poukhov.

En décembre 2015, le président russe Vladimir Poutine avait également affirmé que l’opération syrienne n’aurait pas d’« impact significatif » sur le budget de l’Etat. « Nous avons juste réorienté une partie des moyens destinés aux exercices militaires vers des opérations de nos forces aériennes en Syrie », avait-il déclaré.

Prix des vols

Décollage de Su-25 et Su-24M de l'aéroport de Lattaquié, en Syrie. Crédits : ministère de la défense russe.
Décollage de Su-25 et Su-24M depuis l’aéroport de Lattaquié, en Syrie. Crédits : ministère de la défense russe

Ce sont les vols militaires qui ont représenté la part la plus importante des dépenses. Au cours de toute la campagne, les avions russes – incluant des Su-35, des bombardiers multifonctions Su-34 et Su-24 et des Su-25 d’assaut – ont effectué 8 659 vols, d’après les chiffres du ministère russe de la défense au 27 février. Ce qui a pu représenter un coût d’environ 33,7 milliards de roubles, selon les calculs de RBC.

Les vols militaires en Syrie se divisent en trois catégories, selon leur degré d’éloignement par rapport à la base aérienne : proche, intermédiaire et lointain. Selon les communiqués officiels de la campagne (RBC a étudié l’emplacement des zones bombardées), près de 80 % des vols ont été effectués à une distance proche (il s’agit de vols ne durant pas plus de 40 minutes), les 20 % restants se divisant entre vols intermédiaires et lointains (d’une durée allant d’une heure à une heure et demie). En tenant compte du coût des munitions, les sources et experts interrogés par RBC estiment le coût approximatif d’un vol militaire à près de 3,5 millions de roubles, et celui d’un vol lointain à 5,5 millions de roubles.

Le deuxième article de dépenses principal concerne les lancements de missiles de croisière. Durant toute l’opération syrienne, 48 missiles de croisière de type Calibre ont été lancés. Selon les experts, le coût de lancement d’un Calibre est comparable à celui de son analogue américain, le Tomahawk, soit environ 750 000 dollars. Ainsi, les démonstrations de ces équipements de dernière génération pourraient avoir coûté au ministère russe de la défense environ 36 millions de dollars, ou 2,4 milliards de roubles (selon le taux de change au moment du lancement des missiles).

Autres dépenses

Soldats russes à l'aéroport de Lattaquié en Syrie avant leur décollage pour la Russie, le 15 mars. Crédits : ministère de la défense russe.
Soldats russes à l’aéroport de Lattaquié, en Syrie, avant leur décollage pour la Russie, le 15 mars. Crédits : ministère de la défense russe

Le nombre exact de militaires russes présents en Syrie n’a jamais été communiqué. Deux sources de RBC proches du ministère de la défense affirment toutefois que le contingent dépêché en Syrie fin octobre atteignait 1 600 personnes. Pour le mois de novembre, l’agence Reuters, citant ses propres sources, a affirmé que le contingent en Syrie avait été augmenté jusqu’à 4 000 hommes. La seule dépense supplémentaire issue du budget destinée aux soldats russes participant à la campagne de Syrie consiste dans les compensations journalières de mission sur le territoire d’un État étranger, a précisé à RBC Sergueï Krivenko, membre du Conseil présidentiel pour le développement de la société civile. Selon les calculs basés sur l’ordre de paiement du ministère de la défense, ces compensations se sont élevées à 18,6 dollars par jour pour chaque militaire russe ayant participé à l’opération syrienne. Partant du nombre de soldats sur place (1 600 jusqu’en novembre 2015 et 4 000 jusqu’en février 2016 inclus), les dépenses consacrées aux effectifs ont pu atteindre environ 800 millions de roubles (selon le taux de change moyen sur la période de la campagne) pour toute la durée de l’opération.

Un milliard de roubles supplémentaire a pu enfin être consacré aux dépenses de transport, selon une estimation prenant en compte le coût des trajets quotidiens des avions Il-76 et An-124 de la base aérienne russe de Mozdok à Lattaquié, ainsi que l’utilisation de cargos pour la livraison de chargements par la mer.

Le coût de l’évacuation des troupes depuis la base de Khmeimim est quant à lui difficile à déterminer, étant donné que l’information concernant les forces qui resteront sur l’aérodrome de Lattaquié et celles qui reviendront sur leur lieu de garnison permanent n’a pas été dévoilée.

Le gouvernement russe n’a communiqué aucun chiffre non plus sur les dépenses de l’armée en Syrie. Quant à savoir si le montant avancé par RBC se rapproche de la réalité, l’attaché de presse du Kremlin, Dmitri Peskov, a répondu qu’ils ne « convergeaient pas » et que le « journal devrait plutôt indiquer la source de ces informations ».

Rappelons que le président russe Vladimir Poutine a ordonné lundi 14 mars le début du retrait de « la majeure partie » des forces russes présentes en Syrie, estimant que « les objectifs fixés au ministère de la défense ont été atteints ».

carte syrie Etat islamique
Crédits : RBC

Évaluer cet article

x

Check Also

La Belgique porte un coup au wahhabisme

-- Temps de lecture: 2 minutes -- Dans le but de réduire ...

Europol met en garde contre le retour des daechistes

-- Temps de lecture: 1 minute -- Dans un entretien avec l’Associated ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian
error: © Copyright Cybercomnet, All Rights Reserved. !!