Accueil » Actualité » En 2015, Poutine est un “homme de fer” aux yeux de l’Occident

En 2015, Poutine est un “homme de fer” aux yeux de l’Occident

Au début de l’année, les politiques étrangers parlaient du président russe comme d’un ennemi de l’Occident ou du méchant de la série de films James Bond, mais tout a changé depuis, et Vladimir Poutine est reconnu à présent un leader fort et le principal combattant contre le terrorisme, écrit Peter Henn pour le Daily Express.

“L’année qui s’en va a commencé pour le chef de l’Etat russe par les relations les plus tendues avec l’Occident depuis l’époque de la guerre froide”, constate le journaliste.

Et de rappeler que Vladimir Poutine avait été accusé d’invasion en Ukraine, de destruction du Boeing malaisien aux abords de Donetsk, de violations de l’espace aérien britannique par des avions militaires russes et d’assassinats politiques.

“Mais qu’est-ce qui est arrivé, pourquoi ce subite volte-face dans la perception de Poutine sur la scène internationale. Ces derniers mois, la lutte intransigeante de l’+homme de fer+ contre les terroristes de Daech lui a apporté une multitude d’admirateurs”, estime M.Henn.

Il souligne que depuis le lancement par la Russie de sa campagne de liquidation de l’Etat islamique, l’attitude envers le président russe a complètement changé.

“En effet, les Etats-Unis, adversaire de longue date de la Russie, ont annoncé en novembre les ententes enregistrées entre Barack Obama et Vladimir Poutine sur une période de transition politique, susceptible de mettre fin à la guerre civile en Syrie. Désormais, Poutine que l’Occident n’acceptait pas et dont il avait peur, est écouté tant par les dirigeants que des gens ordinaires en Occident”, conclut l’auteur.

En sport, un homme de fer (Iron Man ou Ironman) est une épithète qui désigne un sportif ayant fait preuve d’une durabilité ou d’une endurance remarquable sur une longue période.

Depuis le 30 septembre, la Russie effectue des frappes sur les positions de Daech et du Front al-Nosra sur le territoire de la Syrie à la demande du président du pays Bachar el-Assad. Pour cela, la Russie a déployé à la base Hmeimim une brigade d’aviation spéciale, qui comprend actuellement 44 avions et 16 hélicoptères.

Depuis le début de l’opération, l’aviation russe a effectué 5.240 sorties, dont 145 vols d’avions de longue portée et de bombardiers stratégiques.

De son côté, depuis septembre 2014, la coalition conduite par les Etats-Unis porte des frappes aériennes contre les positions de l’EI en Syrie sans coordonner ses opérations avec les autorités syriennes ni avec le Conseil de sécurité des Nations unies.

sputnik

x

Check Also

Les missiles US menacent les Russes en Syrie

La Russie a mis en ...

Afrin: exode massive de civils syriens

Les dirigeants des milices kurdes ...