Accueil » Actualité » Volkswagen poursuit sa chute en Bourse après sa tricherie aux États-Unis

Volkswagen poursuit sa chute en Bourse après sa tricherie aux États-Unis

Le groupe automobile est accusé d’avoir délibérément contourné les règles en vigueur en matière de lutte contre la pollution atmosphérique.

L’action du groupe automobile allemand Volkswagen dévissait à la Bourse de Francfort lundi matin après la révélation vendredi d’une tricherie sur les contrôles antipollution aux États-Unis.

Le titre a dégringolé de 13 % à l’ouverture, et vers 9h30 il chutait de 16,53 % à 135,55 euros, plombant l’indice Dax des trente valeurs vedettes (-0,60 % à 9.857,13 points).

À 11 heures, l’action Volkswagen poursuivait sa descente aux enfers à la Bourse de Francfort, avec une chute de plus de 20 %. L’action, qui avait ouvert en baisse de 13 %, lâchait 22,20 % à 126,35 euros.

? Le cours de la Bourse

Plusieurs maisons de courtage ont déjà abaissé leur recommandation sur le titre. Le géant allemand de l’automobile a indiqué lundi qu’il cessait jusqu’à nouvel ordre de commercialiser les modèles diesel quatre cylindres de ses marques VW et Audi aux Etats-Unis. Un coup dur : les modèles représentaient 23% du total des ventes de la marque Volkswagen en août aux Etats-Unis. De janvier à août, cette marque a vendu près de 240.000 voitures sur le marché américain.

Les autorités américaines ont révélé vendredi que Volkswagen aurait doté quelque 482.000 véhicules vendus aux États-Unis d’un logiciel sophistiqué capable de détecter automatiquement à quel moment ils étaient soumis à un test de mesure anti-pollution des autorités.
Tricherie sur les contrôles antipollution

Dans ce scénario, ce petit logiciel espion enclenchait – a priori à l’insu des conducteurs – un mécanisme interne de limitation des gaz polluants permettant au véhicule de passer le test sans encombres et de se voir décerner un certificat de bonne conduite écologique.

Toutefois, une fois le test fini, le mécanisme anti-pollution se désactivait et le véhicule libérait alors dans l’atmosphère davantage de gaz polluants, et notamment du dioxyde d’azote ou Nox, lié à de graves maladies respiratoires dont l’asthme.

L’affaire n’est pas seulement embarrassante pour l’image jusque-là immaculée du groupe allemand : elle pourrait également se traduire par de très lourdes pénalités financières, pouvant théoriquement atteindre les 18 milliards de dollars.

lesoir.be.

x

Check Also

Les missiles US menacent les Russes en Syrie

La Russie a mis en ...

La Russie accroît ses réserves en or

Le président russe a ordonné ...