Accueil » Actualité » réfugié, France : Dunkerque un deuxième Calais ? photo, après les dons des personnes chaleureuse aux réfugiès !

réfugié, France : Dunkerque un deuxième Calais ? photo, après les dons des personnes chaleureuse aux réfugiès !

-- Temps de lecture: 2 minutes --

Les autorités françaises ont décidé de renforcer la présence policière dans la ville de Dunkerque, située au bord de La Manche. Un groupe de britannique est soupçonné d’aider les immigrés, qui se trouvent dans la ville, à atteindre les côtes du Royaume-Uni, selon le journal Times.

Ils sont arrivés en masse. Il y a peu, on dénombrait 500 migrants. Aujourd’hui, ils seraient près de 1 500, répartis dans le Dunkerquois. Les autorités s’accordent à dire que la situation devient ingérable, tandis que le maire de Grande-Synthe a pris des décisions qui font craindre l’installation d’un Calais « bis ».

Des tentes qui poussent comme des champignons, de nouveaux migrants qui arrivent chaque jour… « Même les passeurs sont débordés », lâche une bénévole, qui ne sait plus où donner de la tête. Le camp de Grande-Synthe, près de Dunkerque, accueille quelque 800 migrants, dont des familles avec enfants. Afin de faire face à une situation chaque jour plus compliquée, le maire, Damien Carême (EELV), a annoncé l’installation prochaine de conteneurs aménagés. Au total 800 migrants pourront profiter d’un minimum de confort. Des prises électriques, le WiFi, 24 douches sont en cours d’installation. « Internet leur permet d’être moins dépendants des passeurs », commente la bénévole tandis que les autorités judiciaires, administratives et policières ont fait des bonds à l’annonce du maire d’installer du Wifi. « C’est offrir sur un plateau des moyens pour les filières clandestines d’organiser leur trafic sans être repérés par le radar », déplore une source policière. Car jusqu’à présent les réseaux de passeurs étaient démantelés grâce aux écoutes téléphoniques. Dorénavant, ils seront indétectables sur Internet.

Enfin, les choix de Damien Carême, de plus en plus contestés dans le Dunkerquois, font craindre que ces containers ne soient un appel d’offres pour une venue de plus en plus massive de migrants. Il faut se rappeler que le maire avait rendu possible l’entrée des véhicules dans la jungle. Aujourd’hui, les passeurs y stationnent leurs grosses cylindrées immatriculées en Angleterre pour mieux gérer sur place leurs activités criminelles, empêchant les policiers d’intervenir, utilisant leurs armes au besoin. Des passeurs dont les chefs pourraient profiter de l’aménagement pour demander plus d’argent aux migrants, comme cela a été le cas à Téteghem, après l’arrivée de conteneurs il y a 10 mois. Franck Dhersin, le maire (LR), condamne cette évolution, il ne regrette pas son choix d’un peu plus d’humanité. Si « la communauté urbaine de Dunkerque prend en charge une part des frais des villes et aide les associations », Damien Carême, président régional du Réseau des maires hospitaliers, fait le vœu d’obtenir de l’État « des dédommagements des frais engagés par les communes pour faire face à l’accueil d’urgence ». Un renfort administratif aussi, afin d’installer des permanences dans les camps. Elles épauleraient, dans leurs démarches, les demandeurs d’asile. Mais aucun n’a fait cette démarche dans le Dunkerquois depuis des mois, malgré les sollicitations. Ils sont là pour l’Angleterre…

lavoixdunord

Ci-dessous, les vêtements, produit pour bébé et de première nécessité, mis à la bandons par les réfugiés sur la voix public, aux détriments des dons des personnes chaleureuse !

photo d’une page facebook

merci à Sébastien Mary pour sa contribution

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Évaluer cet article

x

Check Also

Les missiles US menacent les Russes en Syrie

-- Temps de lecture: 1 minute -- La Russie a mis en ...

France: Sarkozy placé en garde à vue

-- Temps de lecture: 1 minute -- Dans le cadre d’une enquête ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian
error: © Copyright Cybercomnet, All Rights Reserved. !!