Accueil » Actualité » L’impuissance des Européens, face à l’espionnage américain, par Philippe Duval

L’impuissance des Européens, face à l’espionnage américain, par Philippe Duval

Trois Présidents français, Jacques Chirac,
Nicolas Sarkozy et François Hollande ont été écoutés par la NSA. «Toute la République française est sur écoute, depuis dix ans», s’est insurgé Edwy Plenel, le patron de Médiapart, qui a publié, en même temps que “Libération”, des notes diffusées par WikiLeaks émanant des services de renseignement américains. Pendant une journée, l’information de Mediapart, présentée comme le scoop du siècle, a enflammé la sphère médiatique et permis à son directeur, de se présenter, une nouvelle fois, comme l’archange Saint Michel, terrassant le dragon et brandissant son épée, pour défendre la démocratie, cette fois, pervertie par les méchantes grandes oreilles américaines. Loi de la jungle. Et tous les journalistes de devoir se prosterner, devant l’icône de la presse libre et indépendante. Qu’il nous soit, cependant, permis de mettre quelques bémols, dans ce concert de louanges, quitte à ternir l’auréole de Saint Edwy. 1. Depuis les révélations sur les écoutes, par la NSA, d’Angela Merkel, la Chancelière allemande, on se doute bien que si les Américains sont capables de mettre sur écoute la patronne de l’Europe, ils surveillent, aussi, ses subalternes présidents français. Il n’y a, d’ailleurs, aucun secret d’Etat, dans les conversations interceptées. 2. On voudrait nous faire croire que nous vivons, désormais, dans un monde de Bisounours, où les Etats occidentaux danseraient, main dans la main, la farandole de la démocratie. Alors que la loi de la jungle continue de régner en maître. Et que, selon le vieux précepte, les Etats n’ont pas d’amis, mais, seulement, des intérêts, qu’ils défendent bec et ongles. 3. L’existence de la station d’écoutes de la NSA, sur le toit de l’ambassade américaine, à deux pas de Elysée, est connue, depuis, au moins, 10 ans. Médiapart enfonce des portes ouvertes. Les Russes, les Chinois, dans leurs ambassades, à Paris, ont développé les mêmes systèmes d’espionnage. Et la France en fait autant, dans la plupart de ses ambassades étrangères. En Côte d’Ivoire, quelques semaines avant la chute de Laurent Gbagbo, l’ambassadeur français se vantait de tout savoir des conversations du président ivoirien. Après le bombardement de sa résidence, par les hélicoptères français, les militaires français ont passé plusieurs jours à déminer les murs et les plafonds, truffés de micros. 4. Tout le monde espionne tout le monde. Et tout le monde sait que tout le monde espionne tout le monde. Le problème, avec les Américains, c’est qu’ils ne lésinent pas sur les moyens. La NSA emploie plusieurs dizaines de milliers de personnes, (plusieurs centaines, avec les agents officieux), alors que nos services de renseignements français ne disposent que de quelques milliers d’agents. 5. L’Europe, avec ses cinq cent millions d’habitants, est à la remorque du maître du monde américain, via l’OTAN. Facebook, Twitter, Google, You Tube, qui, soit dit en passant, sont les plus grands agents de propagation du Jihadisme, sont américains. Le GPS, aussi. Quand, en Europe, on conduit une voiture, on téléphone avec un smartphone ou on envoie un message sur Facebook, la NSA peut le savoir, aussitôt. Si on veut échapper à la surveillance de l’oncle Sam, on utilise ces instruments, avec malice et circonspection. 6. Face à des Américains hyper-puissants, les Européens, congénitalement, impuissants, n’ont, ni la volonté, ni les moyens de se doter d’une défense indépendante, dans la guerre de l’espionnage et de la communication. Et ça, c’est le véritable scandale de ces pseudos-révélations. N’est-ce pas Monsieur Edwy.

 

x

Check Also

Gilet jaune: les CRS prêts à utiliser leurs fusils?

En France, du nouveau dans ...

La Chine se prépare à la guerre

En Chine, le président chinois ...