Accueil » Actualité » Un vent de faillites bancaires souffle en Europe

Un vent de faillites bancaires souffle en Europe

-- Temps de lecture: 2 minutes --

Nous parlions, il y a deux semaines, de la première application,
en Europe, de la directive permettant la ponction des comptes bancaires, la “directive sur le redressement et la résolution des crises bancaires”, (BRRD pour Bank Recovery and Resolution Directive). L’Autriche l’a mise en application, pour Hypo Alpe Adria : après l’avoir nationalisée, en 2009, et renflouée de 5,5 milliards d’euros, Vienne a décidé d’arrêter les frais, en mettant la banque en liquidation. Mais cela se traduit par une perte sèche de 7,6 milliards d’euros, pour les créanciers, et, déjà, l’un d’entre eux a fait faillite : la banque allemande Düsseldorfer Hypotherkenbank, connue sous le nom de Düsselhyp.Cette petite banque était très active, sur le marché des Pfandbriefe, (des obligations sécurisées, très répandues, en Allemagne), qui pèse 400 milliards d’euros. Pour éviter tout risque de déstabilisation, l’Association des banques privées, (BdB), a décidé de prendre le contrôle de l’établissement en difficulté, via son fonds de sécurité des dépôts. L’incendie semble éteint, du moins, pour le moment, mais notons, juste en passant, que le fonds de sécurité des dépôts a été sollicité, alors que cette banque ne détient pas de comptes de particuliers… Ca sent la panique ! Autre alerte, dans le petit et discret pays d’Andorre : le Trésor américain a ouvert une enquête contre la Banque privée d’Andorre, (BPA), accusée de blanchiment, avec la menace de ne plus pouvoir effectuer d’opérations, aux Etats-Unis, sous 60 jours. Aussitôt, l’autorité régulatrice bancaire d’Andorre annonçait qu’elle prenait le contrôle de la BPA. Dans la foulée, on apprenait que sa filiale à 100%, la Banco Madrid, déposait son bilan ! Cette banque privée gère 6 milliards d’euros d’actifs et compte 15.000 clients, en Espagne, privés et institutionnels, ayant, au moins, 500.000 euros, sur leur compte… A priori, tout est perdu, pour eux, une catastrophe. BPA a un bilan de 3,1 milliards d’euros, soit presque le PIB d’Andorre, (3,5 milliards). Le secteur bancaire représente, globalement, 6 fois le PIB du petit pays des Pyrénées. Difficulté supplémentaire : Andorre utilise l’euro… mais ne fait pas partie de la zone euro et ne peut, donc, pas compter sur la BCE et ses facilités de financement. Seul, le budget de l’Etat andorran, peut secourir les banques, autrement dit, la faillite bancaire et étatique menace, avec les répercussions qui vont avec. Mais gageons que François Hollande, co-prince d’Andorre, on le rappelle, saura trouver une solution. Enfin, les banques grecques, elles, font de la cavalerie au bord du précipice : l’État se finance, en émettant des bons du Trésor, à court terme, que les banques rachètent, (elles n’ont pas le choix), et elles sont, pour cela, financées par le “mécanisme de fourniture de liquidité d’urgence”, (ELA pour Emergency liquidity assistance) de la BCE. La Banque centrale européenne a, ainsi, plus de 60 milliards d’euros d’engagements envers ces banques, de facto, insolvables. Les déposants retirent leurs économies, à grande vitesse, ils anticipent, eux, clairement, la faillite. La chute est, peut être, pour bientôt, à moins que l’Europe refasse un énième plan de sauvetage…Notons le silence des grands médias sur ces faillites bancaires, en Autriche, Allemagne, Andorre (avec, à chaque fois, un risque de contagion), et, peut-être, en Grèce, c’est vrai, surtout, n’effrayons pas l’épargnant européen !

https://www.goldbroker.fr/actualites/attention-vent-faillites-bancaires-souffle-europe-741

 

newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

0



Laisser un commentaire

x

Check Also

Israël frappe la bande de Gaza

-- Temps de lecture: < 1 minute -- Des sources d’information ont fait ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian