Accueil » Actualité » Peut-on encore ignorer la puissance iranienne? (“Qods al Arabi”)

Peut-on encore ignorer la puissance iranienne? (“Qods al Arabi”)

-- Temps de lecture: 3 minutes --
“Al-Qods al-Arabi” estime qu’il est, désormais, impossible d’ignorer
l’Iran, à titre d’une grande puissance, “une puissance, qui détient les clés des crises, en Irak, au Yémen, en Syrie et au Liban”. “Les grandes manœuvres maritimes que l’Iran a organisées, dans le détroit d’Hormuz, mettent en lumière l’importance stratégique de ce détroit, qui reste, de loin, l’un des plus importants, en termes commerciaux, pour la région et pour le monde. L’Iran a fait une démonstration de force inouie, à l’occasion des manœuvres maritimes qu’il a baptisées du nom du Prohète. Les Iraniens ont testé leurs missiles “Nasr” ou cet engin furtif, qui pourrait viser sa cible, à une distance de 5 kilomètres, sans que les radars soient capables de l’intercepter. Il y a eu, également, le missile de croisière Ghadir”, d’une portée de 350 kilomètres ou encore, des missiles sol-mer. Les manoeuvres maritimes iraniennes prennent leur importance, dans un cadre stratégique et géopolitique. Ce sont des exercices porteurs d’un message, pour les parties régionales et internationales”. Et le journal d’ajouter : “D’abord, cette démonstration de force des Iraniens coincidait presque aux déclarations des dirigeants de Téhéran, de Londres et de Washington, qui confirment, tous, un possible accord nucléaire, dans peu de temps. Bien que la cheffe de la diplomatie européenne ait fait état d’un accord imminent, l’Iran a voulu faire comprendre aux Etats Unis que ces derniers n’auront d’autre choix que de jeter du leste, face à l’Iran. Cette manière de faire iranienne aiderait Obama à  prendre, une bonne fois pour toutes, une décision, qui le doterait d’une volonté politique, apte à faire aboutir les négociations avec l’Iran. Ensuite, les manœuvres militaires iraniennes illustrent, on ne peut plus clairement, le rôle que l’Iran se donne à jouer, une fois, obtenu l’accord avec les Etats Unis : un Iran, qui se posera en gendarme de la région, ( ndlr: il est curieux que le journal ignore, systématiquement, l’ensemble des foyers de danger sécuritaire, qui existent aux portes de l’Iran, et qui pousse ce dernier à préserver ses capacités de défense ..) . Et oui, on ne peut plus ignorer l’Iran, à titre d’une grande puissance régionale, puissance, qui détient les clés des crises, en Irak, au Yémen, en Syrie et au Liban. Ce rôle, les Etats Unis vont le reconnaître, tout en exigeant de leurs alliés arabes de le respecter, de coexister avec, même si certains d’entre eux voient, en Iran, un “voisin, qui pèse comme une menace existentielle, à leur encontre” ( ndlr: le journal aurait dû signaler que le seul pays au monde à se sentir menacé, dans son existence, n’est qu’Israël). En organisant des manoeuvres militaires d’envergure, l’Iran veut pousser certains pays arabes du golfe Persique à revoir ceux de leurs plans, qui visent à provoquer des tensions militaires directes et indirectes contre l’Iran, que ce soit, au Yémen, en Syrie ou ailleurs”. “Mais les manœuvres militaires des Pasdarans ont eu un troisième objectif : les exercices des unités maritimes des Pasdarans, qui ont consisté à miner le détroit d’Hormuz, constistuent un avertissement, à l’adresse des Etats Unis et de leurs alliés, car le monde entier a besoin de ce détroit stratégique, par où transitent, quotidiennement, 17 millions de barils de pétrole. Or, les effets stratégiques d’une fermeture du droit d’Hormuz sont, infiniment, plus importants que ses effets économiques, car une telle fermeture pose une menace sécuritaire, voire, existentielle directe contre les pays du golfe Persique. L’Iran a, déjà, menacé les Etats Unis de bloquer ce détroit. Ces manoeuvres ont eu, en effet, lieu, quelques jours après que certains pays arabes du golfe Persique eurent affirmé être prêts à ouvrir leur ciel aux chasseurs israéliens, dans le cadre des raids israéliens à mener contre les sites nucléaires iraniens”. Mais les manoeuvres militaires iraniens ont eu, selon “Al-Qods al-Arabi”, un quatrième message :”L’Iran souffre d’une chute du prix du baril de pétrole. Il se peut que l’Iran veuille, via ce genre de manoeuvres, provoquer une relance des cours ou, néanmoins, une stabilisation des prix. L’Iran veut, aussi, forcer certains pays arabes de la région à renoncer à l’arme du pétrole. Le Président Rohani a, très clairement, accusé l’Arabie saoudite et le Koweït d’avoit fait s’effondrer les prix du baril, et s’est engagé  à y faire face, bien que ces deux pays se soient défendus d’une telle accusation”. Et un dernier point : les Arabes devront se souvenir d’une chose : ils se trouvent confrontés à un réel défi stratégique. Ce défi se creuse, à mesure qu’ils peinent à s’accorder sur une position stratégique unie, pour faire face à l’Iran. Si Netanyahu s’avoue, déjà, vaincu à pouvoir stopper le programme nucléaire iranien, ou si Obama semble d’anoir d’autre choix que de faire un compromis avec l’Iran, et bien, ce que les Arabes sont censés faire est clair : “Ils devront renforcer leur unité, multiplier leurs consensus régionaux, et de la sorte, sortir; une bonne fois pour toutes, de l’impasse historique, dans laquelle ils se trouvent, face à l’Iran”. Le lecteur  de cet article ne cesse, toutefois, de se demander pourquoi les Arabes se devront, toujours, de se liguer contre l’Iran, et jamais, au côté de ce dernier?

Évaluer cet article

x

Check Also

La France serait prête à frapper la Syrie conjointement avec les USA

-- Temps de lecture: 1 minute -- La France serait prête à ...

L’allocution secrète de la reine Élisabeth II en cas de 3e guerre mondiale divulguée

-- Temps de lecture: 1 minute -- Dans l’éventualité d’une Troisième guerre ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian
error: © Copyright Cybercomnet, All Rights Reserved. !!