Accueil » Actualité » Politique » Economie » Gaz : la Russie ne laissera pas l’Europe dans le froid cet hiver (Poutine)

Gaz : la Russie ne laissera pas l’Europe dans le froid cet hiver (Poutine)

-- Temps de lecture: 3 minutes --

Le président de Russie Vladimir Poutine estime nécessaire de ne pas oublier les enseignements de la Seconde guerre mondiale et de s’opposer aux tentatives d’héroïser les nazis. Le leader russe a pris, lors de sa visite en Serbie, la parole lors de la parade militaire consacrée au 70ème anniversaire de l’affranchissement de Belgrade des envahisseurs fascistes. Selon Poutine, l’opération de Belgrade a constitué une étape importante dans la voie vers la Victoire.

« Nos peuples ont poursuivi une lutte sanglante persévérante contre les nazis. Presque toute l’Europe s’est soumise à cette force barbare impudente. Or, l’Union soviétique et la Yougoslavie ont opposé une riposte universelle à l’agresseur.

Nous savons que l’Union soviétique a joué un rôle clé dans la victoire sur le nazisme. Or, nous n’avons jamais partagé la victoire. Nous nous souviendrons toujours de l’aide des alliés de la coalition antihitlérienne, des participants à la Résistance. Notre devoir commun consiste à ne pas oublier les enseignements de la Seconde guerre mondiale. A s’opposer aux tentatives d’héroïser les nazis et leurs complices. A réunir les efforts pour créer en Europe une ambiance de confiance et de compréhension mutuelle. »

« Vive la Serbie sœur ! », a dit le leader russe en terminant son allocution. Tomislav Nicolic a souligné qu’il considérait la parade militaire en présence de Vladimir Poutine comme le symbole de l’union des deux pays. « La Serbie fonde son développement économique sur un libre accès au marché russe, des investissements en provenance de Russie et une stabilité énergétique sur les supports d’énergie russes », a dit Nicolic. Selon le leader serbe, « nos descendants se souviendront du gazoduc South Stream comme nous nous souvenons des batailles communes».

Vladimir Poutine a souligné ensuite à une conférence de presse qu’il était impossible d’aménager unilatéralement le South Stream dans le fond de la mer Noire.

« C’est comme en amour : elle ne sera heureuse qu’en cas de présence des deux participants à ce processus magnifique. Nous ne saurons réaliser unilatéralement un projet évalué à des milliards de dollars si nos partenaires réfléchissent jusqu’à présent s’il faut le mettre en œuvre ou non. Il y a eu des débats acharnés lors de la construction du Nord Stream dans le fond de la Baltique. Aujourd’hui lorsqu’il est construit, tout le monde est heureux, tout le monde dit : « Merci ! » La même chose avec le South Stream. Je suis profondément convaincu que c’est un projet avantageux pour les consommateurs européens parce qu’il permet de baisser substantiellement les risques de transit. Quant on fait traîner en longueur l’aménagement du South Stream, cela provient de motifs politiques. Dans ce cas la politique nuit à l’économie. »

Selon le président russe, les avantages concurrentiels de l’économie européenne sont moins importants dans ce contexte. Quoi qu’il en soit, Poutine est convaincu que le gaz russe suffira pour toute l’Europe en hiver. Il espère régler le problème gazier avec l’Ukraine. « Nous voulons éviter des crises en automne-hiver ».

« Je vous dis en toute responsabilité : il n’y aura pas de crises en Europe par la faute des participants russes à la coopération énergétique. La Russie a toujours été un fournisseur fiable. Nous avons assez de ressources pour satisfaire nos besoins et la demande croissante des consommateurs en Europe et en Asie. Or, il existe des risques de transit sérieux. J’espère qu’il n’y aura pas d’accrocs. »

Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a dit que Kiev ne saurait garantir entièrement un transit sans accrocs du gaz russe en Europe. Néanmoins, pour reprendre l’expression du vice-président de la Commission européenne responsable de l’énergie Günther Oettinger, il n’est pas fondé d’estimer que les partenaires russes ne s’acquitteraient pas de leurs engagements gaziers.

Il est possible que le problème gazier soit examiné au sommet euro-asiatique ASEM à Milan. Le tour des pourparlers sur le gaz entre la Russie, l’Ukraine et l’UE aura lieu au début de la semaine prochaine à Bruxelles.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_10_16/La-Russie-ne-laissera-pas-geler-l-Europe-3740/

newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

0



Laisser un commentaire

x

Check Also

Syrie: les Tomahawk US contreront Poutine?

-- Temps de lecture: 3 minutes -- 3 / 5 ( 1 ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian