Accueil » Actualité » Politique » Economie » Crise en Ukraine: les sanctions économiques pourrait déclencher une dépression mondiale

Crise en Ukraine: les sanctions économiques pourrait déclencher une dépression mondiale

-- Temps de lecture: 5 minutes --

source:NEWS JUNKIE POST | Global News & In-Depth Analyses (via googletrad)

Le référendum en Crimée le 16 Mars 2014 probablement fixer la péninsule de la Fédération de Russie. S’il est peu probable que l’OTAN va intervenir et de chercher une confrontation militaire directe avec la Russie, les Etats-Unis et l’Union européenne sont déjà cuisson des sanctions économiques générales et imprudentes avec qui pour punir la Russie. Russie, pour sa part, a à sa disposition des armes économiques puissants avec lesquels des mesures de rétorsion, si nécessaire. La douleur économique du tac au tac de sanctions sera, en particulier, infligée à l’UE.

En raison des interconnexions entre les économies et les marchés financiers, les sanctions économiques mutuelles pourraient entraîner une économie mondiale encore fragile à un krach financier. L’Occident, agissant comme si elle représente uniquement et avec arrogance la communauté internationale, a élaboré une politique dangereuse pour isoler la Russie. Cette stratégie peu judicieuse est extrêmement courte à tous les niveaux. Contrairement à l’Iran, la Russie est pleinement intégrée dans l’économie mondiale.

Un test pour les BRICS

La crise en Ukraine est un test majeur de BRICS validité géopolitique »comme un groupe économique, force politique et alliance militaire potentielle. Chine, principal partenaire de la Russie dans les BRIC, a été étrangement muet sur ??l’Ukraine et la Crimée référendum, appelant à “la retenue de tous les côtés” et pousser pour une solution politique. Au cours de la réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations Unies le 15 Mars 2014, sur une résolution de déclarer le référendum de Crimée illégale, la Chine n’a pas l’autre avec la Russie en utilisant son droit de veto mais s’est abstenu de voter. L’abstention de la Chine ne s’en tire pas bien pour l’avenir de BRICS, car elle joue dans la stratégie des États-Unis et de son partenaire de l’UE à isoler la Russie. Chine, par son abstention lors du vote de l’ONU, et l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud, par leurs réponses modérées, ont déjà joué dans les mains des États-Unis et ses alliés européens. La Chine et d’autres membres du BRICS intervenir avec force pour arrêter la folie de sanctions économiques multilatérales?

Dumping Bons du Trésor US

Russie, afin d’éviter le gel annoncé de ses actifs aux États-Unis, a déjà agi sur les sanctions qui se profilent en liquidant plus de 100 milliards de dollars de ses avoirs en obligations du Trésor américain. Ces obligations, qui représentent environ 80 pour cent de la participation de la Russie dans les T-Bonds américains, ont été transférés à l’extérieur de la Banque centrale des États-Unis. Le retrait a été révélé par la banque centrale des États-Unis quand il a annoncé que sa participation dans T-Bonds ont chuté de 105 milliards de dollars pour la semaine se terminant le 12 Mars 2014 à partir de $ 2,96 trillions de $ 2850000000000. Cette vente brusque est trois fois plus élevé que toute vente hebdomadaire était à l’apogée de la crise financière de 2008.

De tous les pays, la Chine a les moyens de diffuser la crise économique potentiel par menace également de vider US T-Bonds. La Chine possède environ 1,3 billions de dollars en obligations du Trésor américain et est le premier investisseur au sein des gouvernements étrangers. Les autres membres du BRICS comme le Brésil et l’Inde possèdent respectivement 250 milliards de dollars et 64 dollars en T-Bonds. Par conséquent, la menace par les membres du BRICS d’une vente de feu coordonnée représenterait plus de 1,6 billion de dollars T-Bonds. Ce serait un assez puissant “arme financière de destruction massive», pour citer Warren Buffet, crash de Wall Street, le dollar américain, et par un effet d’entraînement, les marchés financiers européens.

Effet de boomerang mondial de sanctions économiques

La Chine a mis en garde à juste titre que les sanctions économiques drastiques contre la Russie, et des représailles ultérieures de la Russie pourraient faire l’économie mondiale “spirale dans le chaos.” Sanctions sur les exportations russes grandement exposer l’UE. L’Europe importe 30 pourcents de son gaz de la société d’Etat russe Gazprom. La Russie est également le plus gros client de l’Europe. L’UE est, de loin, le premier partenaire commercial de la Russie et représente environ 50 pour cent de toutes les exportations et importations russes. En 2014, l’UE-Russie commerce global s’élève à environ 360 milliards d’euros par an. Total des exportations de la Russie vers l’UE, qui est principalement de matières premières comme le gaz et le pétrole, s’élève à environ 230 milliards d’euros, tandis que les importations de la Russie à partir de la quantité de l’UE à environ 130 milliards d’euros de produits principalement fabriqués ainsi que denrée alimentaire. L’UE est également le plus grand investisseur dans l’économie russe et représente 75 pour cent de tous les investissements étrangers en Russie.

En cas de sanctions économiques occidentales, les législateurs russes ont annoncé qu’ils allaient passer un projet de loi pour geler les avoirs des entreprises européennes et américaines qui opèrent en Russie. De l’autre côté, plus de 100 hommes d’affaires et hommes politiques russes sont prétendument visés par l’UE d’un gel de leurs avoirs européens. Outre Alexey Miller, chef de l’entreprise publique Gazprom, le PDG de Rosneft, Igor Setchine, est apparemment aussi sur la liste des résultats de sanction. Rosneft est la plus grande compagnie pétrolière cotée dans le monde et, en tant que tel, a des partenaires dans le monde entier, y compris en Occident. Par exemple, la société américaine Exxon-Mobil a un projet d’exploration de pétrole 500 millions de dollars Rosneft en Sibérie, et Exxon-Mobil est déjà en partenariat avec le géant pétrolier russe de la mer Noire pour exploiter les réserves de pétrole.

Mondial jeu à somme nulle ou est-ce la fracturation stupide? Entreprise de fracturation en plein essor aux États-Unis »et ses lobbyistes à Washington considèrent la crise de l’Ukraine comme une opportunité pour l’expansion dans de nouveaux marchés. Ils font valoir que les États-Unis peut offrir à l’Europe avec tous ses besoins en gaz et, ce faisant, faire principale arme économique obsolète Russie de fermer l’alimentation en gaz principal de l’UE. Inutile de dire que cela nuirait à l’économie russe en coupant une de ses principales sources de revenus, ce qui équivaut à 230 milliards de dollars par an d’exportation vers l’UE.

Sur le papier et en théorie, le plan d’approvisionner l’UE en gaz naturel de la fracturation semble gérable. Heureusement, pour le bien de l’environnement, cette idée de fournir l’Europe en gaz fièrement made in USA est une tarte dans le ciel. Fracking a été distingué comme peut-être la façon la plus dommageable pour extraire de l’énergie, en raison de sa pollution de l’eau, la libération du méthane extrêmement forte de gaz à effet de serre, et le potentiel de causer des tremblements de terre. De façon réaliste, il faudrait au moins trois ans pour régler les questions de transport, le stockage et la distribution du gaz naturel US dérivés pour l’Europe. Les Européens ont le choix: soit s’en tenir à gaz fiable et pas cher de Gazprom ou de s’appuyer sur le tuyau le rêve de l’oncle Sam pour leurs besoins énergétiques. Escalade militaire est peu probable fois Crimée décide de rejoindre la Fédération de Russie: L’OTAN n’a pas l’estomac pour cela. D’autre part, les sanctions économiques et les représailles russes sont une recette pour le désastre. Ce jeu de sanctions est un jeu à somme nulle mondiale qui pourrait faire le look 2008 de l’accident pour nous tous comme une promenade dans le parc.

Évaluer cet article

x

Check Also

Washington impose de nouvelles sanctions à Moscou

-- Temps de lecture: 1 minute -- Le département du Trésor américain ...

L’OTAN met en garde Moscou

-- Temps de lecture: 2 minutes -- L’Organisation du traité de l’Atlantique ...

ArabicDutchEnglishFrenchGermanRussian
error: © Copyright Cybercomnet, All Rights Reserved. !!