Accueil » Actualité » Belgique, Ghlin: la lente agonie du cheval de course Coffs Harbour crée la polémique à l’hippodrome

Belgique, Ghlin: la lente agonie du cheval de course Coffs Harbour crée la polémique à l’hippodrome

La photo du corps sans vie de Coffs Harbour, un jeune cheval de course, a été partagée des milliers de fois par les internautes, indignés. L’animal s’est en effet coincé la jambe dans sa « boîte » de départ, à l’hippodrome de Ghlin. En tirant dessus, il se l’est pratiquement arrachée… Il n’y avait plus rien à faire pour l’étalon. Mais ce que ses propriétaires déplorent, c’est qu’il a encore dû marcher, puis attendre 10 minutes, le temps que le vétérinaire abrège ses souffrances. Une scène qui s’est déroulée sous les yeux des spectateurs…

Coffs Harbour, un étalon de 6 ans, reprenait pour la première fois depuis des mois la direction des champs de course. Il devait participer à une course de galop. Mais une fois sur la ligne de départ, dans ce qu’on appelle les « boîtes », dans le jargon, l’animal est devenu nerveux. « Ça s’est passé environ 2 ou 3 secondes avant le départ. Il s’est levé, s’est cabré et s’est coincé la jambe dans la porte de sa boîte… Il a eu le réflexe de tirer, et avec sa force, il s’est quasiment arraché la jambe…. Elle ne tenait plus que par une petite peau. J’ai des frissons rien qu’à en parler… S’il n’avait pas tiré, on aurait pu ouvrir la porte pour le libérer, mais il ne pouvait pas savoir… », raconte Enzo Meo, le propriétaire liégeois du cheval, abattu.

Il était présent, le long du champ de course, quand l’impensable s’est produit. « Ce que je ne comprends pas, c’est que l’hippodrome a quand même lancé la course, après avoir fait marcher mon cheval sur 3 pattes pour l’emmener sur le côté… Ce n’est pas normal, car lui voulait partir faire la course aussi. Mais c’était une fracture impossible à guérir. Il fallait abréger ses souffrances au plus vite… On n’était pas contents car le vétérinaire a un peu traîné. C’est malheureux pour l’animal qui a dû attendre 10 minutes et souffrir… », relate le propriétaire.

De son côté, l’hippodrome de Ghlin se défend d’avoir manqué de respect à l’animal. « Au moment où ça s’est produit, on pouvait prendre deux décisions : l’examiner et mettre fin à ses souffrances sur place en sachant qu’il était sous adrénaline, avec la douleur, et ruait dans tous les sens ou bien ouvrir la porte et libérer tous les autres chevaux en les mettant en danger… C’était plus sain d’ouvrir les portes de Coffs Harbour, d’essayer de le calmer et de l’emmener sur le côté de la piste même s’il a dû traverser la piste de galop, puis celle de trot avant d’arriver de l’autre côté. Là, le vétérinaire a mis moins de 10 minutes à arriver pour abréger ses souffrances… », commente Agnès Goffin, coordinatrice.

sudinfo.be.

image_pdfPDFimage_printPRINT
x

Check Also

Corée du Nord: 3,5 millions de volontaires pour combattre les États-Unis

Kim Jong-un ordonne à ses troupes d’être prêtes à effectuer une frappe à tout moment

Select a target language

Translator

Select a taget language:

%d blogueurs aiment cette page :